•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les échecs, un jeu dont la popularité ne se dément pas depuis des siècles

L'actuel champion du monde Magnus Carlsen, alors enfant, joue aux échecs.

Le jeu d'échecs demande un sens de la stratégie et de la logique qui favorise le développement intellectuel des petits et des plus grands.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le jeu d’échecs jouit depuis des siècles de prestige et de popularité. Son aspect ludique cache un pouvoir d’enseignement très riche.

Une nation captivée par les échecs

Au Téléjournal du 12 juin 2019, l’animatrice Céline Galipeau rappelle aux téléspectateurs qu’en Norvège, le jeu des échecs est devenu une passion nationale.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Téléjournal, 12 juin 2019

C'est aussi ce que constate le correspondant de Radio-Canada Yanik Dumont-Baron lorsqu'il s’est rendu dans le pays scandinave.

La Norvège est l’hôtesse en ce mois de juin 2019 d’un prestigieux tournoi international d’échecs.

Cet engouement en Norvège s’explique en partie parce que depuis 2013, un fils du pays, Magnus Carlsen, a remporté le titre de champion mondial du jeu d’échecs.

Plusieurs le considèrent comme le meilleur joueur de l’histoire.

La télévision norvégienne présente souvent en direct les compétitions dans lesquelles joue Magnus Carlsen, même si elles durent parfois pendant des heures.

Yanik Dumont-Baron se rend dans un bar en Norvège où a été organisée une compétition entre joueurs d’échecs. L'établissement est plein à craquer.

Dans les transports en commun, il n’est pas rare de voir les passagers utiliser leur téléphone pour faire une partie d’échecs.

Dans les écoles, les jeunes Norvégiens s’initient au jeu et plusieurs aspirent à devenir champions du monde comme Magnus Carlsen.

Un jeu de stratégie et de compétition…

Qu’est-ce qui peut autant passionner jeunes et vieux pour un jeu qui aurait été inventé au 5e siècle par un brahmane indien pour montrer à son vizir qu’il avait besoin de son peuple et de son armée?

Raymond Saint-Pierre, 1978

Comment peut-on comprendre la passion que soulève le jeu d’échecs chez ses adeptes?

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Reportage du 29 juillet 1978

Le journaliste Raymond Saint-Pierre élucide le mystère dans un reportage diffusé le 29 juillet 1978.

Le Cégep du Vieux Montréal accueille alors le championnat ouvert des échecs du Québec, qui constitue une étape dans les compétitions du circuit nord-américain.

Au même moment, les maîtres du jeu Anatoly Karpov et Viktor Kortchnoï s’affrontent aux Philippines dans une partie qui est fort commentée à Montréal.

Raymond Saint-Pierre interviewe Michel Germain, qui est le directeur du championnat québécois. Selon ce dernier, c’est surtout beaucoup d’entraînement qui est indispensable pour devenir un maître.

En discutant avec les participants au championnat, Raymond Saint-Pierre comprend que l’intérêt du jeu d’échecs réside dans la stratégie qui doit être employée pour gagner une partie. Le jeu d’échecs reproduit sur un échiquier une bataille et l’art de la guerre implique beaucoup de stratégie.

Ceux qui possèdent un esprit compétitif apprécient aussi beaucoup ce jeu qui nécessite pour gagner de vaincre un adversaire.

Échecs et maths

Le jeu d’échecs nécessite aussi beaucoup de raisonnement et de logique. Cela fait qu’il est très bénéfique pour les apprentissages à l’école.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Au jour le jour, 8 janvier 1988

C’est ce que nous confirme un reportage de la journaliste France Nadeau présenté dans l’émission Au jour le jour le 8 janvier 1988 et qu’anime Normand Harvey.

Le reportage montre spécifiquement comment les enseignants de l’école Samuel-de-Champlain de Brossard se servent du jeu d’échecs pour faciliter l’apprentissage des mathématiques.

C’est la méthode Défi Maths, créée par Michel Lyons, qui introduit le jeu d’échecs dans l’apprentissage des mathématiques.

Michel Lyons souligne que la pratique des échecs développe la capacité d’analyse et de réflexion des étudiants, de même que leur concentration.

Cette méthode, qui peut être utilisée avec de très jeunes élèves, propose l’apprentissage en commençant par les problèmes les plus simples et en les autorisant à faire des erreurs.

Le jeu d’échecs est un des moyens qui permettent, avec l’apprentissage de la géométrie et de l’algèbre par exemple, de maîtriser les mathématiques.

L’Arménie, mais aussi l’Inde, la Chine et l’Allemagne ont rendu obligatoire l’enseignement du jeu d’échecs dans leurs systèmes scolaires.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.