•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump distribue 15 autres grâces, notamment à de proches alliés

Deux d'entre eux ont été condamnés en lien avec l'enquête du procureur spécial Robert Mueller.

Donald Trump devant un drapeau américain.

Le président américain Donald Trump a gracié quinze personnes, dont certains proches alliés, et commué la peine de cinq autres.

Photo : Reuters / Tom Brenner

Radio-Canada

Le président américain Donald Trump, à un mois de céder sa place à Joe Biden, a gracié 15 personnes, dont son ancien conseiller George Papadopoulos, en plus de commuer la peine de cinq autres anciens législateurs républicains.

George Papadopoulos a été condamné à 14 jours de prison dans l'enquête sur une possible collusion entre Moscou et l’équipe de campagne du président américain.

Il a reconnu avoir menti aux agents du FBI au sujet du moment et de l'importance de ses échanges avec des personnes qui disaient avoir des liens avec de hauts responsables russes, nuisant ainsi volontairement à l’enquêteur du procureur spécial Robert Mueller.

George Papadopoulos n’a purgé que 12 des 14 jours de sa peine, puis a été placé en liberté surveillée pendant 12 mois.

Un manifestant tient une banderole «équipe Poutine» alors que George Papadopoulos, ancien assistant de campagne de Trump, arrive à son audience.

George Papadopoulos arrivant à son procès. Il y a été reconnu coupable d'avoir menti au FBI.

Photo : Reuters / Yuri Gripas

Donald Trump a aussi accordé une grâce inconditionnelle à Alex van der Zwaan, qui a pour sa part purgé 30 jours d’emprisonnement et payé une amende de 20 000 $ pour avoir menti aux enquêteurs de Robert Mueller dans cette même affaire qui a entaché la présidence de M. Trump et qu’il a qualifiée à plusieurs reprises de chasse aux sorcières.

Ces grâces aujourd'hui aident à corriger le tort que l'équipe de Mueller a infligé à tant de personnes, a déclaré la Maison-Blanche.

D’anciens élus républicains

Chris Collins, Duncan Hunter et Steve Stockman

Les ex-élus républicains Chris Collins, Duncan Hunter et Steve Stockman.

Photo : Reuters/Carlo Allegri et Mike Blake, AP/Evan Vucci

Les noms de George Papadopoulos et d’Alex van der Zwaan figurent sur une longue liste de grâces annoncées juste avant Noël. Elle inclut aussi trois anciens législateurs républicains, soit Chris Collins, un allié de longue date, Duncan Hunter et Steve Stockman.

Chris Collins a plaidé coupable d'accusations de complot pour commettre une fraude et de fausses déclarations, Duncan Hunter, de complot en vue de convertir des fonds de campagne à son usage personnel, et Steve Stockman, d'usage abusif de dons.

Parmi ces trois ex-élus républicains, le premier purgeait une peine d'emprisonnement de 26 mois, le second devait se retrouver derrière les barreaux pour 11 mois en janvier prochain et le troisième devra remettre 1 million de dollars en fonds détournés, mais n’aura fait que 2 des 10 années de prison prévues à sa peine.

Dustin Heard, Evan Liberty, Paul Slough et Nicholas Slatten.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les employés de Blackwater, Dustin Heard, Evan Liberty, Paul Slough et Nicholas Slatten

Photo : Associated Press

D'autres individus condamnés en lien avec la mort d’une douzaine de civils irakiens à Bagdad, en 2007, ont aussi été graciés. Les partisans de Nicholas Slatten, Paul Slough, Evan Liberty et Dustin Heard, d’anciens sous-traitants de Blackwater Worldwide, faisaient pression pour obtenir leurs grâces, arguant qu’ils avaient subi une punition excessive dans une enquête entachée de problèmes. Ils purgeaient tous les quatre de longues peines de prison.

Aussi graciés :

  • Alfonso Costa, un dentiste reconnu coupable de fraude et de fausse facturation;
  • Alfred Lee Crum, reconnu coupable en 1952 d’avoir aidé l’oncle de sa femme à distiller de l’alcool de contrebande;
  • Ignacio Ramos et Jose Compean, deux agents des services frontaliers emprisonnés plus de dix ans pour avoir ouvert le feu en 2006 sur un immigrant illégal non armé;
  • Weldon Angelos, condamné pour vente de cannabis et port d’arme de poing;
  • Philip Lyman, condamné à dix jours de prison pour avoir protesté contre l’interdiction pour les véhicules tout-terrain de circuler sur les terres fédérales;
  • Otis Gordon, emprisonné pour possession de drogue en vue d'en faire le trafic.

Les peines commuées incluent notamment celles de Crystal Munoz et Tynice Nichole Hall, des délinquants non violents incarcérés en lien avec des affaires de drogue, ainsi que Judith Negron et Philip Esformes, emprisonnés pour fraude.

Bien que fidèles à la tradition, les grâces présidentielles de Donald Trump prennent de plus en plus des allures de favoritisme, alors qu’il cible principalement des amis et des alliés qui, selon lui, ont été traités injustement.

Ainsi, les grâces de George Papadopoulos et d’Alex van der Zwaan, par exemple, portent à quatre le nombre de personnes graciées en lien avec l’affaire Mueller. Donald Trump avait également absous Michael Flynn, son ancien conseiller à la sécurité nationale, le mois dernier, de même que Roger Stone, quelques mois plus tôt.

Pendant son mandat, le président républicain a aussi gracié l'ancien gouverneur Rod Blagojevich, l'ancien baron de la presse Conrad Black et le controversé shérif Joe Arpaio, notamment.

Le début de la fin?

Le dévoilement de cette longue liste de grâces présidentielles semble de plus en plus indiquer que Donald Trump prépare son départ, même s’il n’a toujours pas concédé la victoire de l'élection présidentielle à Joe Biden et qu’il tente encore par tous les moyens de s’accrocher au pouvoir.

Le républicain en a aussi profité, mardi, pour nommer plusieurs de ses proches conseillers à des conseils d'administration d'établissements publics.

Son ancien ambassadeur en Allemagne, Richard Grenell, a été nommé au conseil d'administration du Mémorial de l'Holocauste, à Washington, et sa très proche conseillère Hope Hicks intégrera le conseil d'administration du Fulbright Foreign Scholarship. Quant à l'ancienne porte-parole de la Maison-Blanche Stephanie Grisham, elle rejoint le Conseil national des sciences de l'éducation, un organe consultatif.

En tout, 40 nominations ont été annoncées mardi, et celles-ci s'ajoutent à d'autres similaires, effectuées au cours des dernières semaines.

Avec les informations de Associated Press, Reuters, Agence France-Presse, et CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !