•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les premiers accords israélo-marocains sont signés à Rabat

Trois hommes dans un jardin devant une voiture stationnée.

Jared Kushner, le gendre et conseiller de Donald Trump, a été accueilli au palais royal à Rabat.

Photo : afp via getty images / FADEL SENNA

Agence France-Presse

La première visite officielle d'une délégation israélienne au Maroc, arrivée par le premier vol direct entre les deux pays, a culminé mardi par la signature de plusieurs accords de coopération, moins de deux semaines après le rapprochement piloté par les États-Unis.

La liaison aérienne entre Tel-Aviv et Rabat a été inaugurée par Jared Kushner, le gendre et conseiller du président américain sortant Donald Trump, et le conseiller à la sécurité du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, Meir Ben-Shabbat.

Parti en grande pompe de l'aéroport de Tel-Aviv, l'avion s'est posé sans fanfare à l'aéroport de Rabat, avant une série de rendez-vous officiels, dont une audience au palais royal.

Cette visite est le premier aboutissement de la longue négociation qui a conduit le Maroc à devenir le quatrième pays arabe à se rapprocher d'Israël, en contrepartie d'une reconnaissance américaine de sa souveraineté dans l'ancienne colonie espagnole du Sahara occidental.

Un accord qualifié de tournant historique par le roi du Maroc, Mohamed VI, marquant une nouvelle ère de coopération, selon Jared Kushner, et une nouvelle percée majeure pour la paix, selon le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou.

Une déclaration tripartite signée mardi à Rabat récapitule les différents engagements des uns et des autres :

  • ouverture d'un consulat américain à Dakhla (sud du Sahara occidental);
  • aide américaine au développement de l'ancienne colonie espagnole;
  • rétablissements de relations diplomatiques entre Israël et Maroc;
  • développement de la coopération économique;
  • ouverture de vols directs entre les deux pays.

Les États-Unis ont promis 3 milliards de dollars de soutien financier et technique à des projets d'investissement privés au Maroc et en Afrique subsaharienne en coordination avec des partenaires marocains, dans un protocole d'accord signé mardi.

Quel avenir pour le Polisario?

Point crucial pour Rabat, Jared Kushner a répété avec force le soutien du président Trump au Maroc sur la question du Sahara occidental, territoire désertique que revendiquent aussi les indépendantistes du Polisario soutenus par l'Algérie. Des négociations pilotées par les Nations unies sont au point mort depuis le printemps 2019.

En reconnaissant la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, le président Trump a rejeté les statu quo ratés qui ne bénéficiaient à personne, et, à la place, il a mis en route une solution durable et mutuellement acceptable, a affirmé M. Kushner au cours d'une conférence de presse.

Une vraie autonomie est la seule option faisable, mais cela prendra du temps et nous appelons toutes les parties à s'engager de façon constructive auprès des Nations unies pour faire avancer les négociations, a-t-il dit en reprenant la solution de Rabat dans les négociations pilotées par l'ONU. Le Polisario, lui, veut l'indépendance et demande que soit organisé le référendum d'autodétermination prévu par l'ONU.

Pour Jared Kushner, la vision puissante de Donald Trump en matière de politique étrangère a ouvert de nouvelles voies pour que les nations sortent de décennies d'instabilité et de crise et annonce une nouvelle ère de tolérance.

Quatrième sur la liste de Donald Trump

Un homme faisant face à des caméras et des micros.

Ofir Gendelman, le porte-parole du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou interviewé au ministère marocain des Affaires étrangères à Rabat.

Photo : afp via getty images / FADEL SENNA

Le Maroc est le quatrième pays arabe à annoncer cette année une normalisation de ses relations avec Israël, après les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan.

Israël et le Maroc ont signé mardi quatre accords de coopération dans les domaines de l'eau, de l'aviation et de la finance. Le bureau de liaison avec Israël – fermé en 2000 – sera rouvert à Rabat dans un délai de deux semaines, a précisé le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

Les vols directs vont permettre aux touristes israéliens de venir directement au Maroc. Jusque-là, les quelque 50 000 à 70 000 touristes qui partaient chaque année d'Israël, pour beaucoup originaires du Maroc, devaient transiter par d'autres pays.

Ce voyage a captivé l'imagination des Israéliens, et surtout le million d'ascendance marocaine, a souligné Jared Kushner.

Le Maroc compte toujours la plus importante communauté juive d'Afrique du Nord (environ 3000 personnes) et reconnaît dans sa Constitution son affluent hébraïque.

Les Palestiniens, une cause nationale

Mais comme le Sahara, le soutien aux Palestiniens y est considéré comme une cause nationale.

Dès l'annonce de la reprise des relations diplomatiques, Mohammed VI avait assuré au président palestinien Mahmoud Abbas la poursuite de l'engagement permanent et soutenu du Maroc en faveur de la cause palestinienne juste. Le monarque de 57 ans a réitéré mardi la position constante du royaume basée sur une solution à deux États.

Si la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara a été largement saluée dans le royaume, la reprise des relations avec l'État hébreu a été critiquée. Mardi, une coalition regroupant une trentaine d'associations et de partis d'extrême gauche marocains a dénoncé la visite de la délégation sioniste, et ont appelé à résister à la normalisation avec Israël.

Israël et le Maroc avaient déjà entretenu des relations officielles dans les années 1990, avant le déclenchement de la deuxième Intifada en 2000.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !