•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous ne pourrez avoir qu'un seul chat en appartement à Nipissing Ouest dès 2021

Un chaton renifle la caméra.

L'organisme Pets Need Love 2 récupère notamment les chatons abandonnés dans les boisés afin de les socialiser et de les offrir en adoption.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

À compter du premier janvier, celles et ceux habitant en appartement à Nipissing Ouest n'auront droit qu'à un chien et à un chat. Mais un organisme, inquiet des risques d'abandons, remet en question le règlement municipal.

Sur la rue principale, à Verner, des animaux se promènent librement dans un domicile. C'est le refuge Pets Need Love 2, qui accueille les chats et chiens abandonnés depuis une vingtaine d'années.

Les employés et bénévoles tentent ardemment de leur trouver une nouvelle famille, mais peinent à rescaper tous les animaux de la région.

On est à pleine capacité, explique Renée Aitchison, copropriétaire de l’organisme. Il y a même d'autres refuges qui nous ont demandé d'accueillir des animaux, car ils étaient pleins.

Enzo sur un rebord de fenêtre.

Enzo, 8 mois, l'une des « mascottes » de Pets Need Love 2.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Elle craint que la situation empire avec la modernisation de l'arrêté municipal sur le contrôle des animaux de Nipissing Ouest.

Auparavant, tous les ménages avaient droit à deux chats et à deux chiens.

Sous le nouveau règlement, ceux habitant en maison unifamiliale ont maintenant droit à trois chats et à trois chiens, tandis que ceux en campagne peuvent héberger jusqu’à cinq chats et cinq chiens sous leur toit.

Mais ceux vivant dans une unité de trois logements ou plus n’auront droit qu’à un chat et un chien dès le 1er janvier.

Y'en a qui vont avoir peur, ils vont avoir peur de se faire charger. Donc ils vont abandonner leurs animaux. Ou ils vont nous téléphoner.

Renée Aitchison, copropriétaire de Pets Need Love 2
Renée avec ses chiens.

Renée Aitchison s'inquiète pour les animaux abandonnés de Nipissing Ouest.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Clause grand-père

La municipalité a toutefois prévu une clause grand-père à son règlement : celles et ceux possédant plus d'animaux que la nouvelle limite permise pourront les garder, à condition de les enregistrer auprès de la ville avant le premier janvier 2021.

Une licence coûte entre 10 $et 30 $ par an et peut-être obtenue à l'Hôtel de Ville ou au North Bay District Humane Society.

La conseillère municipale Lise Sénécal, qui a voté en faveur de la nouvelle mouture du règlement, ne s’inquiète pas d’une hausse potentielle d’animaux abandonnés après son entrée en vigueur. Y'a pas de raison qu'il y ait plus de chats ou de chiens dans la rue, car [les propriétaires] peuvent les garder, s’exclame-t-elle.

Pets Need Love 2 n’est pas rassuré pour autant. L’organisme craint que peu de gens fassent enregistrer leurs animaux, et ne soient donc pas protégés par la clause grand-père.

La conseillère soutient qu’entre l’adoption du règlement le 17 novembre et son entrée en vigueur en 2021, les citoyens ont amplement le temps d'enregistrer leurs animaux auprès de la ville si cela n’était pas encore fait.

Lise Sénécal dit vouloir trouver un équilibre entre les droits des propriétaires d'animaux et ceux des propriétaires de logement.

Si t'as un immeuble avec six logements et quatre animaux chaque... t’es rendu à 24 animaux, donne-t-elle en exemple. Il y avait beaucoup de plaintes.

On a essayé de faire la chose qui nous semble la plus juste pour Nipissing Ouest

Lise Sénécal, conseillère municipale à Nipissing Ouest
Lise Sénécal, l'hiver, près de l'Hôtel de ville.

Lise Sénécal est conseillère municipale à Nipissing Ouest

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Pas de limite d’animaux à Sudbury

Pets Need Love 2 milite pour l'abolition des limites d’animaux domestiques à condition que ceux-ci soient stérilisés. Cette opération permet de contrôler les populations de chats et de chiens, mais également de limiter certains comportements jugés indésirables, comme le marquage du territoire par l'urine.

C'est d'ailleurs la décision qu'a prise la Ville du Grand Sudbury 2017. La coordonnatrice du Règlement municipal de soin et de contrôle des animaux Melissa Laalo soutient que l’approche vise à limiter les mauvais propriétaires d’animaux plutôt que les animaux eux-mêmes.

On ne se préoccupe pas du nombre d’animaux si le propriétaire est responsable. Si quelqu’un a six chats… sont-ils tous stérilisés, vaccinés? Causent-ils des problèmes dans la communauté? Voilà des choses concrètes que l’on peut vérifier.

Melissa Laalo, coordonnatrice du Règlement municipal de soin et de contrôle des animaux du Grand Sudbury

Comme à Nipissing Ouest, l’application du règlement municipal n’est vérifiée qu’en cas de plainte.

Trois ans après l'abolition de la limite du nombre d'animaux, le Grand Sudbury se dit satisfait de ce changement de cap.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !