•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les écoles ontariennes à l'épreuve du retour à l'enseignement en ligne

Un adolescent, qui écoute de la musique, fait ses devoirs en ligne.

L'apprentissage en ligne sera de retour au début de janvier pour les élèves ontariens, selon les mesures de confinement énoncées par le gouvernement Ford.

Photo : iStock

Radio-Canada

Parmi la batterie de mesures de confinement provincial, le retour temporaire à l'apprentissage en ligne pour les élèves ontariens dès la rentrée de janvier représente tout un défi pour le système éducatif et les parents d'élèves.

Selon le calendrier annoncé par le gouvernement Ford lundi, les élèves des écoles primaires et secondaires publiques devront suivre leurs cours à distance du 4 janvier au 8 janvier. Tous les élèves pourront retourner en classe dès le lundi suivant, sauf ceux des établissements secondaires des régions du Sud de l’Ontario, qui devront poursuivre l’apprentissage à distance jusqu’au 25 janvier.

Malgré la publication de ces mesures au début des congés scolaires, les conseils scolaires n'ont pas été surpris, mais peuvent rencontrer des difficultés d'organisation, selon un responsable des conseils scolaires catholiques.

Je pense que tous les conseils commençaient à planifier jusqu’à un certain point une entrée en mode virtuel; on savait juste pas quand et pour combien de temps.

Une citation de :Yves Lévesque, directeur général de l'Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC)

On aurait peut-être préféré l’apprendre la semaine dernière pour faire des meilleures planifications, ajoute M. Lévesque. Pour lui, le passage d'un mode d'enseignement à l'autre suppose un temps de préparation, malgré l'expérience du premier confinement plus tôt dans l'année.

Yves Lévesque, directeur général de l’AFOCSC, en entrevue avec Radio-Canada par vidéoconférence.

Yves Lévesque, directeur général de l’AFOCSC, en entrevue avec Radio-Canada

Photo : Radio-Canada

Il redoute des groupes d'élèves trop gros dans les cours à distance, ou encore la suspension des missions des enseignants spécialisés.

Interrogé mardi sur le sujet des enfants ayant des besoins spéciaux, le ministre de l'Éducation a précisé que ceux-ci bénéficieront d'une exception à l'apprentissage à domicile.

J'ai demandé aux conseils scolaires de veiller à ce que ces enfants [...] soient autorisés à retourner à l'école pendant la période de fermeture.

Une citation de :Stephen Lecce, ministre de l'Éducation

Selon lui, les conseils scolaires ont été avisés dès avant la rentrée de septembre de se préparer à cette possibilité.

Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, en conférence de presse avec le premier ministre à l'Assemblée législative mardi.

Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, en conférence de presse avec le premier ministre (archives)

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Dans la réalité des choses, rétorque Yves Lévesque, si les conseils scolaires sont fermés et que les transports scolaires sont annulés, comment ces élèves-là vont se rendre à leur école?

Quand les décisions tombent, on n'a pas forcément toutes les pièces au puzzle, continue-t-il.

Mère d'un enfant atteint d'autisme, Kristen Ellison indique que l'exception accordée aux élèves les plus vulnérables fait du bien à entendre.

Mais elle révèle avoir contacté l'enseignant spécialisé de son fils Carter, 10 ans, après l'annonce gouvernementale. Selon la résidente de Coburg, ce dernier lui a indiqué qu'il n'était au courant d'aucun plan pour la rentrée scolaire.

Une femme en entrevue en visioconférence assise dans sa voiture.

Kristen Ellison assure que l'apprentissage en ligne est inaccessible à son fils, Carter, atteint d'autisme.

Photo : Radio-Canada

C'est une situation très précaire pour nous. Mon enfant est non verbal, il ne lit pas et apprend à peine à écrire. Ça ne laisse pas de place à l'apprentissage en ligne.

Une citation de :Kristen Ellison, mère d'un enfant atteint d'autisme

Elle s'inquiète de la possibilité que son fils perde du temps d'apprentissage. J'ai peur que le retour à l'école tarde et que nous perdions les compétences qu'il a acquises. On ne pourra pas rattraper ce temps perdu.

Avec les informations de Nicolas Haddad

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !