•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau lieu à l’étude pour le centre de réchauffement à Sudbury

Une pancarte et un chariot devant une porte.

Le centre de réchauffement est forcé de déménager en raison de nombreuses plaintes à son égard.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Ville du Grand Sudbury se penche sur différentes options pour déménager le centre de réchauffement du Réseau des sans-abri, la seule structure du genre ouverte le jour dans le Grand Sudbury.

Le centre de réchauffement, géré par le Centre de santé communautaire du Grand Sudbury, doit déménager à l'horizon de la nouvelle année en raison de plaintes formulées à son égard.

Pour permettre la continuité de ce service, le conseil municipal s’est penché sur trois options possibles pour déménager le centre.

Les trois possibilités étudiées par le conseil :

  • Un hôtel du centre-ville
  • L’aréna du centre-ville
  • Les salles de réunion de l’édifice Tom Davies, qui abrite aussi l’hôtel de ville

Le conseil municipal a demandé aux fonctionnaires d’étudier les trois options.

Le maire Brian Bigger, le conseiller municipal Geoff McCausland et d’autres conseillers municipaux se sont opposés à l’option de l’hôtel au centre-ville, car cette option risque de susciter les mêmes plaintes que l’actuel centre de réchauffement.

Geoff McCausland se tient debout et sourit.

Geoff McCausland, conseiller municipal quartier 4 du Grand Sudbury

Photo : Avec l'autorisation de Geoff McCausland

Selon M. McCausland, il y a de grandes chances que les autres propriétaires dans ce secteur, ou encore les autres personnes qui vont utiliser l’hôtel vont peut-être avoir des problèmes avec le centre eux aussi.

M. McCausland préconise plutôt l’aréna ou encore l’édifice Tom Davies, en raison de l'espace disponible et de la proximité à d’autres services.

Denis Constantineau, le directeur général du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury, déplore que la Ville n'ait pas averti son organisme de la possibilité d’installer son centre dans la partie provinciale de l’édifice Tom Davies.

Nous allons visiter un site qui, hier matin, n’était même pas sur la table, déplore-t-il, ajoutant qu’il n’a pas les informations sur les sites pour être en mesure d'avoir une opinion sur ceux-ci.

M. Constantineau demande que la Ville tienne compte de son organisme de soins dans sa décision.

Il affirme que son organisme ne peut pas se permettre d’interrompre le service et que celui-ci doit avoir un nouveau local au début du mois de janvier.

Des brèches dans le service exposent les clients au froid

Pour les clients du centre de réchauffement du Grand Sudbury, le service subit des ruptures de service pendant la journée en raison d’un conflit d’horaire.

Puisque le centre de santé ferme ses portes à 21 h et que le refuge n’ouvre ses portes qu’une heure plus tard, la clientèle se retrouve sans lieu où se protéger du froid, ce qui cause des problèmes, selon Denis Constantineau.

Un homme devant un classeur et un drapeau.

Denis Constantineau souhaite que le Grand Sudbury inclue son organisme dans la prise de décision du nouvel emplacement du centre de réchauffement.

Photo : Radio-Canada

Ça met de la pression sur nos employés, puisque les clients souhaitent rester un peu plus longtemps et que les employés ont fini leur journée et souhaitent rentrer à la maison, explique-t-il.

Même chose le matin, car le refuge du YMCA ferme ses portes à 7 h et le centre de réchauffement ouvre les siennes à 8 h.

D'après M. Constantineau, les périodes de grand froid qui s’en viennent pendant l’hiver vont être un vrai problème.

Il ajoute que les décideurs doivent trouver une solution pour couvrir les heures manquantes de service.

La Ville du Grand Sudbury n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue au sujet de ces interruptions du service de réchauffement.

Avec les informations de Bienvenu Senga

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !