•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LHJMQ : une période des transactions dans un contexte difficile pour les Cataractes

Conférence de presse à Shawinigan

Le directeur général des Cataractes, Martin Mondou

Photo : Radio-Canada

Depuis dimanche, les 18 équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) peuvent procéder à des transactions dans le but d’améliorer leur formation. L’exercice est difficile chaque année. Imaginez le casse-tête en temps de pandémie où tant d’interrogations subsistent.

Après avoir vu leurs favoris atteindre la grande finale du circuit au printemps 2016, les partisans des Cataractes de Shawinigan ont mangé leur pain noir. Depuis deux ans et demi, l’équipe présente une fiche de 65 victoires et 144 défaites à ses 209 dernières sorties en saison régulière. Exclue des séries il y a trois ans et éliminée au premier tour l’année suivante. C’est le prix de la gloire, dans le merveilleux monde cyclique du hockey junior.

Le processus de reconstruction se termine à Shawinigan. Le directeur général des Cataractes, Martin Mondou, estime que son équipe atteindra sa pleine maturité l’an prochain.

Les partisans connaissent ma recette et celle de l'organisation. Depuis mon arrivée, on a acheté le concept d’avoir des années un peu plus difficiles, mais de se donner toutes les chances de réussir quand c’est le temps. Cette fois, on aimerait se donner une chance sur deux ans. On a le goût de gagner, explique-t-il.

Il a joué de malchance. Deux fois plutôt qu’unepar le passé, Mondou s’est fait arracher ses meilleurs éléments, juste avant la ligne d’arrivée. En 2016, Anthony Beauvillier a réussi à convaincre les Islanders de New York que sa place était maintenant chez les professionnels.

À l’automne suivant, c’est Samuel Girard qui gagnait sa place dans la LNH.

La façade du centre Gervais Auto à Shawinigan en été.

Le centre Gervais Auto à Shawinigan.

Photo : Radio-Canada

Le vétéran directeur général ne veut pas se faire jouer le même tour une troisième fois. C’est le temps d’acquérir les derniers morceaux du casse-tête. Les 18 formations du circuit Courteau doivent toutefois composer avec un ennemi de taille : la COVID-19, qui a forcé l’annulation des dernières séries éliminatoires.

On a des transactions qui sont potentiellement réalisables présentement, mais sous plusieurs conditions et c’est là-dessus qu’on travaille actuellement, explique-t-il.

Pour écouter l'entrevue du directeur général des Cataractes, Martin Mondou, à l'émission Toujours le matin, cliquez ici.

Avant de sacrifier de bons espoirs ou d’excellents choix au repêchage, il doit mesurer les risques.

Toutes les offres qu’on fait en ce moment sont conditionnelles à ce qu’on puisse jouer en séries éliminatoires. Ce sont des transactions avec différents échelons. On n’a pas le choix pour protéger l’avenir de notre franchise.

Le coup de circuit tant espéré sera donc probablement plus difficile à réaliser. Martin Mondou a jusqu’au 25 janvier à midi pour composer son alignement final.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !