•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Imaginer une nouvelle vocation pour le bâtiment emblématique de La Baie d’Hudson

Vue arienne du magasin de La Baie d’Hudson au centre-ville de Winnipeg .

La Ville de Winnipeg veut réaménager le bâtiment récemment fermé de La Baie d’Hudson, mais sa taille, son âge et les dépenses connexes remettent en question la viabilité du projet.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons radio-canada

Radio-Canada

Le comité consultatif Downtown Bay, nommé par la Ville de Winnipeg, est à la recherche d’une vision novatrice pour le bâtiment historique de l’ancien magasin de La Baie d’Hudson au centre-ville.

Durant des décennies, ce magasin, situé à l’intersection de l’avenue Portage et du boulevard Memorial, a été le point de repère de générations de Manitobains pour les achats de Noël. À travers ses vitrines cette année, on ne voit plus rien qui renvoie aux Fêtes.

Des gens qui marchent dans le magasin de La Baie d’Hudson à l'époque.

Achats du temps des Fêtes à une autre époque.

Photo : Archives de la Compagnie de La Baie d’Hudson, Archives du Manitoba / Paul Martens

La présidente du comité Downtown Bay, Dayna Spiring, se souvient des moments passés entre ces murs avec sa mère. Nous faisions un samedi de magasinage de Noël, relate-t-elle.

L’étage de Noël, là-haut, nous y allions passer une heure à voir les décorations, ajoute-t-elle.

Aujourd’hui, les membres du comité qu'elle préside ont la responsabilité de déterminer la meilleure utilisation à faire de l’édifice et, éventuellement, trouver une source de financement pour la reconversion.

Nous savons que nous devons le repenser [...]; il doit être différent à l’avenir, reconnaît Dayna Spiring.

Bien qu’il n’y ait encore rien de concret, elle dit que le téléphone sonne et que l’intérêt vient principalement du secteur privé.

Elle croit que le lieu pourrait devenir une combinaison d’habitations, de bureaux, de commerces de détail et de restaurants.

Je pense qu’il y aura de multiples usages dans ce bâtiment tout en privilégiant le commerce, ajoute-t-elle.

Dayna Spiring devant le magasin fermé de La Baie d’Hudson au centre-ville de Winnipeg.

« Nous devons faire quelque chose qui a du sens sur le plan financier et quelque chose qui est formidable pour cette communauté », dit la présidente du comité Downtown Bay, Dayna Spiring.

Photo : Radio-Canada / ustin Fraser

Le magasin La Baie a fermé plus tôt que prévu, le mois dernier, en raison des restrictions sanitaires imposées par la province pour contrer la propagation de la COVID-19. Sa fermeture était initialement prévue pour février 2021.

Si la pandémie a précipité la fermeture du magasin, l’évolution du comportement des consommateurs et des changements dans la manière et l’endroit où ils font leurs achats étaient les principales raisons invoquées par La Baie cette année.

Une valeur architecturale indéniable

Conservatrice de la galerie de la Compagnie de la Baie d’Hudson au Musée du Manitoba, Amelia Faye rappelle que ce magasin a autrefois été un symbole de changement, non seulement pour la compagnie, mais aussi pour le centre-ville de Winnipeg.

C’était un bâtiment éclatant, et ça l'est encore aujourd’hui, dit-elle.

Beaucoup de gens considèrent la Baie d’Hudson comme un commerce de détail ou de la traite des fourrures. Cela a marqué cette transition, ajoute la conservatrice.

Le 18 novembre 1926, lors de l’ouverture de l’édifice, 50 000 personnes – soit le quart de la population de Winnipeg à l'époque – ont franchi les portes, attirées par l’offre de produits de mode, de restauration et de divertissement haut de gamme.

Ce n’était pas une question de vente au détail; c’était une expression de qui nous sommes en tant qu’entreprise, explique Mme Faye.

Revêtu de la pierre locale de Tyndall, c’était à l’époque le plus grand bâtiment en béton armé du Canada. Il a contribué à définir l’apparence et la forme du centre-ville.

Son élégance extérieure et sa solidité intérieure le rendent toujours unique, d’après l’architecte winnipégois Brent Bellamy. C'est un si beau bâtiment. Il fait partie de notre histoire, ajoute-t-il.

Une rénovation coûteuse

Il y a eu des propositions de réaménagement au fil des ans. Hydro-Manitoba, le Musée des beaux-arts de Winnipeg et l’Université de Winnipeg ont tous étudié le bâtiment, mais sa reconversion coûterait cher.

Tous se sont rendu compte que c’est une entreprise de 100 millions de dollars, déclare Brent Bellamy, rien que pour rendre l'édifice conforme au code du bâtiment. L'âge de l'édifice est un problème, ainsi que sa grandeur.

Selon l'architecte, l’empreinte de l’édifice au sol est si grande que très peu de lumière naturelle y pénètre, ce qui rend le réaménagement résidentiel ou commercial difficile.

Les propositions précédentes mentionnaient l'ajout d'atriums ou de grands trous sur les côtés. Ils ont tous envisagé de percer un trou au milieu, de couper les plaques de planchers, car c’est un bâtiment très profond, note M. Bellamy, qui admet que cela fera probablement partie de la solution pour redéfinir la forme du bâtiment lui-même.

Une femme et deux enfants qui regardent à travers la vitrine du magasin de La Baie d’Hudson à l'époque.

Le magasin a ouvert ses portes en 1926 pour répondre à la demande commerciale de l’époque.

Photo : Archives de la Compagnie de La Baie d’Hudson, Archives du Manitoba

Lorsque La Baie d’Hudson est devenue privée, cette année, une analyse immobilière a fixé la valeur de la propriété de Winnipeg à 0 $.

Même avec un investissement de 100 millions de dollars, le bâtiment réaménagé ne pouvait valoir qu’environ 10 millions de dollars, selon cette analyse. Un investisseur pourrait perdre 90 millions de dollars au minimum.

Certains promoteurs immobiliers affirment en privé qu'il serait préférable de démolir le bâtiment, mais son statut patrimonial empêche cette démolition. Malgré tout, Dayna Spiring pense que le projet peut être porté par des investissements privés et que c'est ce qui se produira.

Nous allons examiner tous les plans, regarder ce que d’autres juridictions ont fait, et à Winnipeg, nous en ferons plus, dit-elle.

Elle entend également une volonté de la Ville d’y inclure un espace communautaire, ainsi qu’une reconnaissance du passé de la Compagnie de La Baie d’Hudson en tant que bâtisseur du pays et de son rôle dans la colonisation.

La Baie d’Hudson est toujours propriétaire de l’immeuble, mais on ignore le rôle que la compagnie jouera dans cette reconversion.

Avec des informations de Cameron MacIntosh

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !