•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d'animaux de compagnie pourraient être abandonnés après la pandémie

Des bureaux de la Société protectrice des animaux.

Des refuges, comme celui de Bathurst, pourraient se retrouver avec plus d'animaux de compagnie abandonnés après la crise sanitaire.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

François Vigneault

Des intervenants s'inquiètent du sort qui sera réservé à plusieurs animaux de compagnie lorsque les gens arrêteront de travailler de la maison, une fois la pandémie terminée.

Lorsqu'ils reprendront leur ancienne routine et retourneront au bureau, certaines personnes auront peut-être moins de temps à consacrer à leur nouvel ami, craint Janet Doucet, présidente sortante du refuge de la Société protectrice des animaux à Bathurst.

Elle craint aussi les effets néfastes d'une situation économique difficile en raison de la perte de nombreux emplois.

À moins que l'économie change de bord et que c'est totalement différent de ce qu'on a maintenant, là, c'est sûr qu'il va y avoir des animaux de compagnie qui vont être abandonnés, dit-elle.

Janet Doucet.

Janet Doucet, qui a récemment renoncé à son poste de présidente, a siégé pendant une vingtaine d'années au sein du conseil d'administration du refuge pour animaux de Bathurst (archives).

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Mme Doucet indique que le refuge de Bathurst abrite actuellement plusieurs chats, mais aucun chien. Durant les premiers mois de la pandémie, bien des gens ont décidé d'adopter un chien.

C'était vraiment élevé, le nombre, durant la pandémie, avec le taux d'adoption, surtout les chiens, qu'on a vu cette année, a constaté Janet Doucet.

Un chien dans une cage.

Plusieurs chiens ont été adoptés depuis le début de la crise sanitaire (archives).

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Elle ajoute que durant le confinement, les gens ont probablement ressenti le besoin d'être plus souvent à l'extérieur.

L'adoption d'un chien donne une raison de plus aux gens et aux familles d'aller prendre des marches et de profiter davantage du plein air.

Mais malgré ses craintes, Janet Doucet reste positive et espère que les gens auront suffisamment d'attachement pour le nouveau membre de leur famille et qu'ils décideront de le garder lorsque la crise sanitaire sera chose du passé.

Je souhaite que les gens deviennent attachés à leur animal et prennent leurs responsabilités pour cet animal-là.

Un chat.

Le refuge pour animaux de Bathurst compte actuellement plusieurs chats, mais aucun chien (archives).

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

L'amoureuse des animaux n'est pas dupe et sait bien que certains animaux seront tout de même abandonnés. Elle rappelle que la raison d'être du refuge est justement d'accueillir et de soigner les chiens et les chats qui en ont besoin.

J'ai toujours eu des soucis quand j'étais présidente, toujours, parce qu'il y a toujours des chiens et des chats abandonnés, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !