•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le recensement des oiseaux, une tradition de Noël

Deux hommes munis d'appareils photo et de longues-vues dans une forêt.

Laurent Robichaud et Pierre Noël observent un grand corbeau.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Depuis 121 ans, des passionnés d’ornithologie de partout en Amérique du Nord dénombrent les oiseaux qui se cachent dans leur région. À Timmins, 18 bénévoles se sont divisé le territoire afin de faire le recensement.

Les oiseaux sont une façon de savoir si notre environnement est en bonne santé. Si on dénombre plusieurs espèces, on sait que nos forêts sont saines.

Mark Joron, organisateur de l’événement à Timmins

Au cours des 27 dernières années, les bénévoles de Timmins ont trouvé sur leur territoire 54 espèces différentes. On retrouve parmi celles-ci : le grand corbeau, le geai bleu, le pic chevelu et la mésange à tête noire.

Deux hommes regardent une carte de Timmins déposée sur la portière arrière d'une camionnette.

En début de journée, Mark Joron divise le territoire de Timmins en huit. Chaque bénévole devra compter le nombre d'oiseaux sur la parcelle de terre attribuée pendant 4 heures.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Résilience, voilà un mot qui pourrait décrire les oiseaux qui passent l’hiver dans le froid glacial de Timmins, estime l’ornithologue amateur Roxane Filion.

Une perdrix dans un pin.

La gélinotte huppée, plus communément appelée une perdrix, fait partie des oiseaux recensés dans la région de Timmins.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Un baptême pour un étudiant international

À South Porcupine, Swapnil Dhandhukia était excité comme un garçon qui voyait le père Noël pour la première fois. Le jeune homme natif de l’Inde a fait un décompte vendredi sur son compte Instagram. Il était très enthousiaste à l'idée d'effectuer son tout premier recensement d'oiseaux en sol canadien.

Un jeune homme prend une photo en forêt à l'aide d'un appareil photo.

Swapnil Dhandhukia partage ses plus belles images d'oiseaux avec ses amis en Inde.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

L’étudiant international du Northern College pouvait compter sur les conseils de la vétérante Roxane Filion.

C’est fantastique parce que ce n’est pas seulement moi qui partage mes connaissances […] C’est plaisant de regarder les oiseaux avec Swapnil. Il a toujours plein d’histoires intéressantes de ses escapades avec sa famille.

Roxane Filion, ornithologue amateur
Une sittelle à poitrine blanche.

Pendant toute la journée du recensement, Swapnil tentait d'apercevoir une sittelle à poitrine blanche. Mission accomplie!

Photo : Radio-Canada / Swapnil Shandhukia

Alors que les deux observateurs marchent dans les sentiers de South Porcupine, ils aperçoivent des traces de coyotes. Le natif de la province de Gujarat, en Inde, se met alors à raconter une histoire.

Je suis habitué de regarder pour des traces de lions dans le parc national et sanctuaire faunique de Gir, ajoute Swapnil.

C’est souvent en pourchassant les lions qu’il a capté ses plus belles images, comme celle d'un vautour royal qu’il nous montre fièrement sur son compte Instagram.

La Franco-Ontarienne se met alors à lui raconter l'histoire derrière sa plus belle photo prise pendant le recensement des oiseaux : un harfang des neiges qu’elle a vu, il y a deux ans, tout juste devant le lieu d’étude de Swapnil.

Un homme et une femme ricanent ensemble.

Roxane Filion partage un moment de complicité avec son ami de l'Inde.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Le passionné d'oiseau ne rêve que d’une chose la nuit : voir un harfang des neiges. Une chose dont il pourrait ainsi se vanter à son retour à la maison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !