•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une facture de 800 000 $ pour un « snowbird » hospitalisé aux États-Unis

Luc Laroche a reçu une facture s’élevant à 655 625,67 $ US en 2020 après avoir été opéré d’urgence au Texas. Son assureur a refusé pendant des mois de payer la note, a appris La facture.

Luc Laroche tient sa facture de 655 625,67 $ US soit plus de 800 000 $ CA dans les mains. Une facture reçue à la suite d'une opération au Texas.

Au printemps 2020, Luc Laroche a reçu une facture s'élevant à 655 625,67 $ US soit plus de 800 000 $ CA à la suite de son opération d'urgence au Texas.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Pelletier

Janvier 2020. Luc Laroche part avec des proches, à bord de son VR, vers le sud des États-Unis. Le groupe visite Nashville, Memphis, puis Dallas.

Le soir du 9 janvier 2020, tout bascule. Luc ressent un malaise à la poitrine après le souper.

Ça s’est mis à me serrer et j’ai pas aimé la manière que ça me serrait, raconte-t-il. J’ai dit : "j’aime pas ça, je vais aller à l’hôpital".

La crise cardiaque

Il est immédiatement pris en charge à l’hôpital Medical City Arlington. Le personnel découvre qu’il a fait une crise cardiaque. Des artères qui alimentent son cœur sont obstruées. Son médecin lui explique qu’il doit être opéré d’urgence pour éviter cette fois... l’arrêt cardiaque.

Photo de l'hôpital Medical City Arlington.

L'hôpital Medical City Arlington, spécialisé notamment dans les problèmes cardiaques, est situé dans la région métropolitaine de Dallas au Texas.

Photo :  Capture d’écran - Site web Hôpital Medical City Arlington

Il [m’a] dit : "t'es bouché partout partout partout! T'as un sérieux problème". Pis là, il dit : "faut que tu fasses attention parce que t'es assis sur un bâton de dynamite", relate Luc.

Le personnel de l’hôpital lui demande s’il est assuré. Ses tantes, qui l'accompagnent, remettent au personnel les documents d’assurance requis.

Un cardiologue contacte la fille de Luc Laroche, Mélanie, pour lui expliquer que son père doit absolument être opéré.

J'ai dit "ok c'est urgent?" Il m'a dit : "oui extrêmement". J'ai dit : "avez-vous son papier d'assurance?" Il m’a dit : "oui [que] tout était imprimé". J’ai dit : "tout est beau, parfait", raconte Mélanie.

L’opération à coeur ouvert se déroule bien. Luc subit six pontages. Après 10 jours d’hospitalisation, il obtient son congé de l’hôpital et rentre au Québec à bord de son VR.

La première surprise des Laroche survient au printemps.

Je reçois une facture. Je regarde le total : 655 625 $. Ça c’est en US. (Plus de 800 000 $ CA) Excusez l'expression, j'ai dit : "tabarnak!, j'ai un cœur d'un million là moé!" J'ai viré ça en joke, c’est resté de même, raconte-t-il.

Luc et Mélanie Laroche côte à côte.

Luc et Mélanie Laroche discutent de la prochaine étape à suivre pour tenter de se faire rembourser par la compagnie d'assurance.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

La deuxième surprise arrive quelques mois plus tard. Cette fois, c’est la stupeur. L’assureur refuse de les assurer. Mais pour leur rendre service, écrit Old Republic Canada, nous avons décidé de considérer les frais médicaux d'urgence entre le 9 janvier et le 12 janvier, soit les frais précédant la chirurgie.

C’est l’équivalent d’environ 38 000 $ US soit moins de 6 % de la facture. La police d'assurance de l’entreprise Old Republic Canada, à laquelle Luc a souscrit, indiquait pourtant qu'il est protégé pour tous frais médicaux ou hospitalisation d’urgence.

Mais l'assureur soutient ne pas avoir été contacté par Luc Laroche au préalable et ne pas avoir ainsi pu prendre la décision de le rapatrier au Canada, estimant que son état le permettait.

C’est l’incompréhension la plus totale pour Luc et Mélanie.

Voyons donc, ça n’a pas de sens là : 600 000 US $! Y’a pas personne qui est capable de payer ça là. C'est ridicule. Là j'ai dit wô! C'est pu drôle pantoute, se rappelle monsieur Laroche.

La clause de l'autorisation préalable

Mélanie contacte l’hôpital américain. Lors d’une conversation téléphonique enregistrée, une gestionnaire soutient que des tentatives pour contacter l’assureur canadien ont été effectuées par l'hôpital, à plusieurs reprises, en vain.

[Notre employée] a été incapable de parler à qui que ce soit au numéro de téléphone indiqué sur les papiers d’assurance. Notre personnel a essayé pendant plusieurs jours, soutient Monica Padilla.

En ce qui a trait à l’urgence d’agir, le rapport médical consulté par La facture précise qu’il s’agissait d’une opération d’urgence.

Le médecin ne voulait même pas que je sorte de ma chambre, se rappelle Luc.

Selon Me Jacqueline Bissonnette, experte en droit des assurances, M. Laroche n’est pas à blâmer pour avoir fait confiance à l’hôpital.

Il faut bien comprendre que lorsque vous allez dans un hôpital pour une urgence, vous n'êtes pas nécessairement dans un état pour pouvoir vous occuper de vos assurances. [...] Lorsque les services comptables de l'hôpital viennent vérifier si vous avez de l'assurance, qu'ils s'occupent de le faire, qu'ils [vous] prennent en charge, que vous ayez l'impression que tout est réglé, oui, c'est tout à fait raisonnable, explique l’avocate.

Me Jacqueline Bissonnette à son bureau.

Me Jacqueline Bissonnette, experte en droit des assurances.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

De plus, selon elle, s’il est démontré que l’assuré devait être soigné d’urgence à l’étranger, l’assureur doit payer.

À moins qu'on soit capable de faire la démonstration qu'il pouvait être transporté par avion jusqu'au Canada dans un hôpital sans danger, sans danger pour sa santé, sans risque d'aggravation. À moins qu'on soit capable de démontrer ça, je pense qu’il y a matière à prendre un recours contre l'assureur, ajoute-t-elle.

Une nouvelle surprenante, des mois plus tard

Durant le tournage de l’équipe de La facture, des mois après le début de leurs démarches, Mélanie et Luc Laroche reçoivent une nouvelle surprenante de l’hôpital américain : l'institution indique dans un courriel que la facture a finalement été payée.

C'est quoi qui s'est passé? Y'en a tu un qui a pas fait sa job comme il faut à quelque part? C’est un mystère, nous dit M. Laroche. Là je suis allé m'acheter un 6/49... on va peut-être être chanceux!

Selon Mélanie Laroche, toute cette histoire a failli faire faire à son père une deuxième crise cardiaque.

Tant mieux, ça a été payé. On est super contents. Mais sur le coup, on a été très refroidis par la situation. C'est épeurant. C'est pas le fun. C'est stressant, souligne-t-elle.

Tant l’hôpital américain que l’assureur Old Republic Canada ont décliné nos demandes d'entrevue.

L’agence Voyage Vasco, chez qui Luc Laroche a acheté sa police d’assurance, a également refusé de nous accorder une entrevue.

Je ne peux pas commenter, a indiqué par téléphone le PDG du réseau de franchises, Sylvain Lastère.

Il assure toutefois ne jamais avoir entendu parler de pareille situation chez les dizaines d’agences Voyage Vasco qui vendent les assurances voyage d'Old Republic Canada, basée en Ontario.

Les recours possibles

La Commission des services financiers de l’Ontario (CSFO), qui réglemente le secteur des assurances dans la province, invite en cas de litige les consommateurs à tenter d'abord de s’entendre avec l’assureur.

La CSFO souligne que différentes procédures peuvent être entreprises pour contester une décision :

  • contacter l'ombudsman de la compagnie;
  • contacter l'Ombudsman des assurances de personnes (OAP), un service national indépendant de règlement des plaintes.

Quant à la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), elle affirme que son rôle se limite à rembourser le coût des soins médicaux et hospitaliers à la hauteur de ce qu’il en coûte au Québec.

Dans le cas que vous soulevez, monsieur a été plus prévenant que d’autres en souscrivant à une assurance privée sachant qu’il sortait du Québec. Cette assurance couvre normalement ce que le gouvernement du Québec ne couvre pas, indique Caroline Dupont, porte-parole de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ).

Après toute cette affaire, Mélanie et Luc Laroche soutiennent qu'ils ne partiront jamais plus à l'étranger sans avoir la garantie d'être remboursés en cas d'urgence par l'assureur.

L'impression que ça me donne, c'est que l'assurance est beaucoup plus assurée que l'assuré lui-même. Dans le futur, je peux vous garantir que je vais regarder mes contrats d'assurance beaucoup plus en détails, conclut Mélanie.

Le reportage complet de Julie Marceau et Pierre Legault sera diffusé à l'émission La facture, mardi à 19 h 30 sur ICI Télé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !