•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les premières doses du vaccin de Moderna ont quitté l'usine aux États-Unis

Des boîtes de vaccin déchargées d'un camion.

Jesirae Elzey et Demeatres Ralston déchargent des boîtes de vaccin contre la COVID-19 de Moderna alors que celui-ci est livré à Louisville (Kentucky) le 20 décembre 2020.

Photo : Reuters / POOL

La Presse canadienne

À un moment où les États-Unis ont besoin de renfort pour freiner la propagation de la COVID-19, les premières doses du deuxième vaccin à avoir été autorisé ont quitté leur entrepôt, dimanche.

Les camions qui transportaient les fioles du vaccin conçu par Moderna et les Instituts nationaux de santé (NIH) américains ont quitté dimanche l'usine située à Memphis, au Tennessee. Les premières doses de ce deuxième vaccin devraient être administrées dès lundi, seulement trois jours après que la Food and Drug Administration (FDA) a autorisé son déploiement d'urgence.

Plus tard dans la journée, dimanche, un comité d'experts devra débattre pour déterminer les groupes de personnes qui auront accès à ce deuxième vaccin en priorité aux États-Unis, tout comme à celui conçu par Pfizer-BioNTech.

Les premières doses du vaccin de Pfizer-BioNTech ont été livrées il y a une semaine, et des Américains ont été vaccinés le lendemain. Il s'agit de la plus importante campagne de vaccination de l'histoire des États-Unis.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Vaccination générale au printemps

Les experts en santé publique soutiennent que la vaccination est la seule manière de freiner la propagation d'un virus qui est déjà largement répandu dans la population. Aux États-Unis, il y a en moyenne 219 000 personnes qui reçoivent un diagnostic positif à la COVID-19 chaque jour. Plus de 314 000 personnes ont déjà succombé à la maladie aux États-Unis, et le virus a maintenant fait plus de 1,7 million de victimes dans le monde.

Dans un premier temps, les doses des vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna seront réservées aux travailleurs du réseau de la santé et aux résidents des maisons de soins de longue durée. Le comité qui se rencontrera dimanche devra identifier les personnes qui pourront recevoir leur dose lorsque cette première phase sera terminée.

La population générale ne devrait pas avoir accès au vaccin avant le printemps, en raison du nombre limité de doses disponibles. Les autorités devront donc choisir les personnes à vacciner en priorité pour encore quelques mois.

Un homme masqué, près des classeurs contenant les protocoles pour le vaccin de Moderna.

Un employé de Moderna travaille près des fichiers de protocole de Moderna, dans un centre de recherche situé à Hollywood, en Floride.

Photo : Getty Images / AFP/CHANDAN KHANNA

Divergences sur les profils prioritaires

Les experts seraient en voie d'identifier les travailleurs des services essentiels comme prochain groupe qui aura accès au vaccin. Ces personnes – comme les chauffeurs de bus ou les commis d'épiceries – sont les personnes qui sont les plus infectées par le virus. Or, d'autres experts pensent plutôt que ce sont les personnes de 65 ans et plus, ainsi que d'autres personnes qui ont des problèmes de santé, qui devraient être vaccinées pendant la deuxième phase, puisque ce sont elles qui risquent davantage de mourir si elles contractent la COVID-19.

Les recommandations du comité d'experts sont pratiquement toujours validées par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis (CDC). Toutefois, peu importe quelle sera la décision des CDC, il y aura des différences dans l'ordre de priorité d'un État à l'autre, puisque chaque État a son mot à dire sur l'ordre de distribution des vaccins.

Les vaccins de Moderna et Pfizer-BioNTech nécessitent deux doses, qui doivent être administrées à plusieurs semaines d'intervalle. Les deux doses doivent provenir de la même compagnie.

Même s'ils ont été mis au point en un temps record, les deux vaccins semblent sécuritaires, et ils offrent une forte protection contre la COVID-19. Les études se poursuivent en parallèle sur ces deux vaccins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !