•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ligne téléphonique nationale est créée pour prévenir les morts par surdose

Une seringue, des pilules et de la poudre placés aléatoirement.

Le nombre de surdoses a augmenté depuis le début de la pandémie au Canada.

Photo : Shutterstock / Chirachai Phitayachamrat

La Presse canadienne

Une nouvelle ligne téléphonique pancanadienne vise à prévenir les surdoses mortelles en permettant aux personnes seules d’être en contact avec un pair au cas où les choses tourneraient mal.

Toute personne au Canada qui consomme une substance potentiellement mortelle peut téléphoner pour que quelqu’un soit à ses côtés et demande de l'aide si nécessaire. Un bénévole fait des vérifications périodiques et appelle le 911 s'il n'obtient pas de réponse.

Les personnes qui ont déjà vécu une surdose, ou leurs pairs, ont une sorte de pressentiment [...] de ce qui se passe et de ce qui ne va pas, car nous l'avons vécu auparavant, explique Rebecca Morris-Miller, qui a fondé Grenfell Ministries à Hamilton après des années de consommation de drogue, d'itinérance et de démêlés avec la justice.

Le consommateur de drogue peut également fournir à l'avance les coordonnées d'une personne à proximité avec une trousse de naloxone – une option utile pour annuler les effets d'une surdose dans des zones éloignées où les temps de réponse des services d'urgence sont longs.

Un service théoriquement bilingue

Le Service national d'intervention en cas de surdose (NORS) est une collaboration entre Grenfell Ministries et Brave Technology Co-op, qui exerce ses activités à Vancouver et à Columbus, en Ohio.

Bien que la ligne téléphonique soit pancanadienne, le service ne semble pas encore être offert en français. Son site Internet a aussi été traduit, non sans maladresses.

Nous travaillons sur ce volet et notre objectif est de pouvoir offrir ce service aux Canadiens francophones!, a répondu un porte-parole en anglais par courriel.

Une ligne sans pression ni jugement

La ligne téléphonique peut mettre les usagers en relation avec des personnes liées aux traitements et aux services sociaux sans pression ni jugement, affirme Mme Morris-Miller. Vous devez joindre les gens là où ils se trouvent et les laisser faire leur bout de chemin vers vous.

Grenfell Ministries gère des groupes de soutien par les pairs et de sensibilisation et, en février, a mis en place une ligne téléphonique d'intervention en cas de surdose pour desservir l'Ontario.

Service national d'intervention en cas de surdose offre ses services avec l'aide de 16 pairs bénévoles et cherche à en recruter davantage. Un pair peut être un consommateur de drogue actif ou abstinent ou un travailleur de première ligne.

1628 morts liées aux opioïdes en 3 mois

Cette initiative est lancée au moment où les morts par surdose augmentent au pays.

Un rapport fédéral récent indique qu'il y a eu 1628 morts apparentes liées à la toxicité des opioïdes entre avril et juin cette année, lorsque la première vague de la pandémie de COVID-19 a frappé.

Il s'agit d'une augmentation de 58 % par rapport aux trois premiers mois de l'année et du décompte trimestriel le plus élevé depuis qu'Ottawa a commencé à faire le suivi de ces données en 2016.

« Nous avons cette terrible pandémie en cours et les gens essaient d'avoir recours à des services, mais de nombreux lieux ont été fermés. La frontière a été fermée, donc les médicaments ont été coupés avec des trucs de plus en plus sauvages, causant plus de morts. »

— Une citation de  La directrice générale de Grenfell, Kim Ritchie

Toutes les personnes impliquées dans le projet ont un vif désir de passer à l'action, estime Mme Ritchie. Vous ne pouvez pas traiter un toxicomane qui est déjà mort, dit-elle. J'en ai tellement enterré.

Oona Krieg, la directrice de l'exploitation de Brave, a déclaré que Service national d'intervention en cas de surdose pouvait joindre des personnes sans données cellulaires ni Wi-Fi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !