•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore trop tôt pour s’aventurer sur la glace, prévient la police

Chargement de l’image

Malgré le danger que cela représente, quelques personnes se sont aventurées sur le lac Meech gelé au courant du week-end.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L’épaisseur de la glace n’est pas encore assez sécuritaire pour permettre de s’aventurer sur les plans d’eau à Gatineau et à Ottawa. Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) souhaite prévenir la population des dangers que cela représente de s'aventurer sur la glace trop tôt.

Après vérifications, le Service de sécurité incendie soutient que la glace n’est pas sécuritaire et qu’il est trop tôt pour s’y aventurer, explique le SPVG dans un courriel envoyé aux médias samedi.

Des agents seront sur le terrain dimanche afin de sensibiliser les citoyens. Nous savons que les gens ont envie de bouger et de prendre l’air, mais ça ne vaut pas le coup si, ce faisant, ils mettent leur vie en danger, a indiqué le SPVG.

Le Service de police d'Ottawa (SPO) a également lancé un appel à la vigilance. L'épaisseur de la glace sur les plans d'eau est parfois inconnue et la présence d'eau en mouvement constitue aussi un danger supplémentaire, prévient le SPO dans un communiqué.

Une chute à travers la glace est un danger important en raison du risque d'apparition soudaine d'hypothermie qui est une urgence médicale, insiste le service policier.

À Reece Court, près de Toronto, un enfant de 11 ans est mort après avoir été repêché des eaux glacées d’un étang samedi. Ce dernier marchait sur la glace avec un autre enfant lorsque celle-ci a cédé.

L’hiver commence officiellement demain. Mais attention : il est encore trop tôt pour s’aventurer sur les cours d’eau gelés, qui représentent un danger bien réel en cette période de l’année. Le reportage de Marie Isabelle Rochon.

On lance le même appel à la prudence du côté du Service de sécurité incendie de Gatineau. Patricio Norambuena, le chef de division et d'intervention a recommandé aux citoyens de se tenir loin des plans d'eau et de plutôt privilégier les patinoires dans les parcs.

« S’il n’y a pas d’indicateurs sur les berges qui disent que c’est sécuritaire, il ne faut pas y aller. »

— Une citation de  Patricio Norambuena, chef de division et d'intervention, Service de sécurité incendie

Malgré les avertissements, il y avait dimanche des dizaines de personnes sur le lac Meech. Yves Charlebois, responsable du stationnement, a indiqué qu'il ne restait plus aucune place depuis 10 h dimanche matin et que c'était la même chose samedi.

Ce dernier a ajouté qu'il ne croyait pas que de s'aventurer sur le lac était très sécuritaire. Ils m’ont dit qu’il y avait un pied de glace, mais j’ai de la misère à croire ça, a-t-il commenté avant de souligner qu'il n'avait pas fait assez froid dans les dernières semaines pour permettre à la glace d'épaissir suffisamment.

Chargement de l’image

Dimanche, quelques dizaines de personnes ont choisi d'aller patiner sur le lac Meech.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Faire confiance aux autres

Cameron McDonald était en visite chez ses grands-parents qui résident sur les berges du lac. En entrevue, ce dernier a affirmé avoir vérifié l'épaisseur de la glace avant de mettre ses patins. Selon lui, la glace aurait une épaisseur de quatre à six centimètres. Je me sens en sécurité, oui, a-t-il laissé entendre.

Noémie Lacasse, venue patiner en famille, fait également confiance à son père qui lui a assuré que c'était assez épais. Cette dernière a choisi le lac Meech puisqu'elle n'a pas réussi à avoir une place en aréna pour toute la famille, comme il faut réserver en raison de la pandémie.

J’étais dans une file d’attente, il y avait environ 250 personnes avant moi quelques minutes avant l’ouverture, a-t-elle expliqué. En moins de cinq minutes, tout était complet.

Julia Ostertag a elle aussi affirmé se fier aux autres. On fait confiance parce qu’on voit des gens, c’est sur que ce n’est pas 100 % [sécuritaire], il y a toujours des risques, a-t-elle indiqué.

Avec les informations de Marielle Guimond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !