•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cri du coeur de prisonniers « pris au piège » par une éclosion de COVID-19

Une vue du stationnement de la prison avec les clotures en barbelées

L'établissement carcéral Joyceville de Kingston

Photo : La Presse canadienne / Lars Hagberg

Radio-Canada

Les détenus de la prison de Joyceville à Kingston demandent de l'aide et des réponses à Service correctionnel Canada (SCC) et au directeur de l'établissement en raison de l'épidémie de COVID-19 qui y sévit.

95 détenus et quatre membres du personnel étaient déclarés positifs à la COVID-19 en date de samedi. La prison peut accueillir environ 450 détenus.

Dans un communiqué transmis aux médias samedi par deux groupes de défense des droits des prisonniers, le Criminalization and Punishment Education Project et le Toronto Prisoners 'Right Project, des détenus de Joyceville déplorent que les seules informations qu'on reçoit se limitent à ce qui est diffusé aux bulletins de nouvelles à la télévision.

En plus d'une meilleure communication, les détenus de Joyceville veulent des produits d'assainissement et de nettoyage supplémentaires et plus d'équipement de protection individuelle.

Ils sont pris au piège et n'ont nulle part où aller, explique le criminologue Justin Piché de l'Université d'Ottawa, qui est en contact avec les détenus et des membres de leurs familles et a aidé à rédiger le communiqué. Des détenus lui auraient rapporté s'être fait refuser un test, alors que Service correctionnel Canada affirme que des tests sont offerts à tout le personnel ainsi qu'à à tous les détenus.

Un homme dans son bureau

Justin Piché, professeur agrégé de criminologie à la Faculté des sciences sociales de l'Université d'Ottawa

Photo : Justin Piché

Selon le communiqué, certains détenus se sont fait distribuer des masques N95, alors que d'autres non. Le personnel a des visières, mais les détenus n'en auraient pas. Certains ont tenté d'ériger des rideaux de fortune pour limiter la propagation du virus, selon le communiqué, mais ils auraient été retirés par des agents correctionnels, qui auraient ensuite émis des avertissements.

Service correctionnel Canada indique dans un communiqué que les détenus infectés ont été isolés et seraient étroitement surveillés.

L'agence fédérale a indiqué samedi que six des détenus qui ont été déclarés positifs ont récemment été transférés de Joyceville à l'établissement de Collins Bay. Trois autres détenus infectés ont été transportés à l'établissement Warkworth à Brighton tandis qu'un autre a été emmené à l'établissement Beaver Creek à Gravenhurst.

La plupart de ces autres établissements carcéraux ontariens signalent désormais de multiples infections. Au Centre de détention du Sud de Toronto, 54 détenus sont présentement aux prises avec la maladie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !