•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trop bruyante, l’usine Bitfarms de Sherbrooke reçoit une amende de 10 000 $

Une façade de l'entreprise Bitfarms, à Sherbrooke.

Un mur composé notamment de mousse qui absorbe le son a été construit à la sortie des ventilateurs par Bitfarms.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Radio-Canada

L'usine de cryptomonnaie Bitfarms de Sherbrooke vient de recevoir une amende de 10 000 $ du ministère de l'Environnement en raison de sa pollution sonore.

Selon le conseiller municipal, Marc Denault qui accompagne les citoyens qui se plaignent du bruit de l’usine, il s’agirait de la première sanction émise par ce ministère contre une usine de cryptomonaie au Québec.

En plus de l'amende, l'entreprise doit également engager un ingénieur qui émettra un certificat de conformité afin de forcer la compagnie à respecter les normes d'ici le 31 mars.

Pour le conseiller Marc Denault, c'est enfin une bonne nouvelle dans ce dossier.

On est des plus contents de ce certificat d’autorisation qui va faire en sorte qu’un acousticien ou un ingénieur va travailler à trouver une solution gagnante.

Marc Denault, conseiller municipal de Sherbrooke

Le soulagement est grand pour les résidents du secteur. Le bruit émis par l’usine située en bordure de la rivière Magog bouscule la vie de centaines de Sherbrookois qui se battent depuis plus d'un an pour faire cesser ou, au moins, diminuer le bruit.

Selon Marc Denault, si l'entreprise ne se conforme pas, elle s'exposera à des sanctions de plus en plus sévères qui pourraient aller, dans un cas extrême, jusqu'à la fermeture de l'usine.

Bitfarm veut toujours régler le problème

Bitfarms a déjà dépensé plus d’un million de dollars pour atténuer la pollution sonore, en érigeant notamment deux murs écrans acoustiques autour de son usine.

L'entreprise assure toutefois qu'elle demeurera proactive dans ce dossier.

On est autant chagriné de cette situation-là que les citoyens autour. On veut tourner la page et c’est le mandat qu’on a donné à nos spécialistes : régler la situation et diminuer le bruit au maximum.

Marc Duchesne, directeur des communications de Bitfarms

L’entreprise assure tout mettre en œuvre afin de régler idéalement le problème de bruit d’ici au 31 mars, tel que demandé par le ministère de l’Environnement.

Les conseillers municipaux qui travaillent sur ce dossier espèrent que l'exemple de Bitfarms permettra de mettre des balises pour toute l'industrie québécoise de la cryptomonnaie.

Avec les informations de Pierrick Pichette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !