•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La saison des sports d'hiver s'annonce prometteuse en Abitibi-Témiscamingue

ski de fond

Plusieurs citoyens s'adonnent au ski de fond en ces temps de pandémie.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Avec l'arrivée officielle de l'hiver ce 21 décembre, plusieurs activités s'offrent aux citoyens de l'Abitibi-Témiscamingue ayant envie de profiter du grand air. Dans un contexte où les rassemblements intérieurs sont limités, la popularité des sports d’hiver et des installations extérieures se fait déjà sentir.

De nombreuses patinoires à ciel ouvert sont désormais ouvertes dans la région.

À Rouyn-Noranda, plusieurs enfants profitaient déjà de la surface glacée située sur le terrain de baseball Jacques-Laperrière en après-midi samedi. Pour les parents, les sports d’hiver représentent une excellente alternative aux rassemblements intérieurs.

Pour vrai, on va sortir plus à l’extérieur c’est certain, parce qu’en étant restreint au nombre de personnes en dedans et tout ça, bien il faut les faire bouger ces enfants-là, alors c’est sûr qu’on va sortir plus souvent , exprime une mère rencontrée sur place.

La glissade du parc Chadbourne

La glissade du parc Chadbourne

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Au parc Chadbourne de Rouyn-Noranda, des familles profitaient aussi des quelques centimètres de neige accumulés sur les pentes de la côte météo pour s’adonner à la glissade.

On s’est dit qu’il faisait beau, puis là être pris à l’intérieur un peu, avec tout ce qui se passe, ça fait du bien de sortir, parce qu’on est avec des amis, on se tient à 2 mètres. Les enfants voient aussi d’autres amis, c’est important parce que ça a besoin de bouger des enfants , soutient la mère d’un trio de glisseurs.

Le ski de fond a la cote

Un fort engouement pour la pratique du ski de fond est également observé dans les différents clubs de la région.

C’est notamment le cas à Amos, où le responsable de la billetterie, Michel Bouchard, affirme que le club a reçu beaucoup plus d'inscriptions cette année qu’à pareille date lors des années passées.

Je trouve cette année qu’on a un engouement exceptionnel, on a plein de nouveaux membres, plein de nouvelles personnes. Le seul problème, c’est qu’il n’y a plus de skis à vendre nulle part en ville. C’est la preuve qu’il y a un engouement exceptionnel, et ça va être une année exceptionnelle pour nous autres , déclare M. Bouchard.

Une piste de ski de fond dans la forêt boréale, en hiver.

Les pistes de ski de fond de la Forêt récréative de Val-d'Or

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Même son de cloche du côté de la Forêt récréative de Val-d’Or, où la majorité des sentiers de ski de fond et de raquette sont désormais ouverts.

La régisseuse de la Forêt récréative, Nathalie Perreault, indique que de nombreuses personnes choisissent de reprendre la pratique d’un sport qu’ils avaient mis de côté pour un certain temps.

Moi je dirais que je constate un retour au ski de fond. Je le vois, il y a beaucoup de gens qui n’ont pas été membres depuis des années qui font un retour parmi nous pour venir skier cet hiver. Les inscriptions vont très bien, si je ne me trompe pas on est rendus à plus de 500 membres inscrits pour le début de l’année , exprime Mme Perreault.

Du côté de Rouyn-Noranda, le vice-président du Club de ski de fond d’Évain, Sacha Bergeron, indique que l’engouement est fort pour les abonnements, mais aussi pour les programmes jeunesse.

Carte du Club de ski de fond d'Évain

Carte du Club de ski de fond d'Évain

Photo : Radio-Canada / Guillaume Rivest

Pour assurer la sécurité des utilisateurs, tous les différents clubs ont mis en place des mesures permettant de favoriser la distanciation sociale.

Outre les flèches au sol et l’utilisation limitée des chalets d’accueil, les refuges en forêt verront à certains endroits leur vocation changer pour la durée de l’hiver. C’est notamment le cas à la Forêt récréative de Val-d’Or, où ceux-ci ne pourront être utilisés qu’en cas d’urgence.

Pénurie d’équipements

En raison de ce fort engouement pour la pratique du ski de fond, de nombreuses boutiques d’articles de sports de la région ont écoulé la grande majorité de leurs équipements.

Le directeur de la boutique Sports Experts d’Amos, Jean-François Beaudry, explique que la demande a été particulièrement importante cet automne.

C’est très très fort. Notre inventaire actuel est le même que celui qu’on a habituellement en fin de saison, au mois de mars. Donc pour les gens qui viennent, ils sont vraiment très chanceux s’ils trouvent les équipements à leur taille dans les skis de fond classique et pas de patins. Tous les équipements liés à ce sport-là, on est vraiment en pénurie , affirme M. Beaudry.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !