•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La saison de ski et de planche est lancée dans l'Est-du-Québec

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un homme et une fillette descendent une pente du Mont-Comi lors d'une journée ensoleillée.

Les conditions étaient parfaites pour skier dans l'Est-du-Québec samedi.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Guilbault

Avec les conditions météorologiques clémentes de samedi, c’était la journée idéale pour lancer la saison de ski. La plupart des stations de l’Est-du-Québec ont ouvert leurs portes aux skieurs avec toutes les mesures sanitaires nécessaires.

Les trois stations du Bas-Saint-Laurent touristique sont ouvertes pour la saison. Les 30 pistes et les quatre télésièges du Mont-Comi sont en service depuis samedi matin.

Le mont Comi et deux de ses remonte-pentes, de loin.

Les stations du Mont-Comi, du Mont-Miller et des monts Ti-Basse et Gallix, notamment, ont ouvert leurs pistes samedi.

Photo : Radio-Canada / Simon Rail-Laplante

Les 13 pentes du Mont Biencourt, dans le Témiscouata, ont été rendues accessibles également, mais seulement pour les détenteurs de billets de saison. La saison pour le public général s'amorcera le 26 décembre.

Certaines des pistes du Parc du Mont-Saint-Mathieu sont quant à elles accessibles au public depuis une semaine déjà.

Sur la Côte-Nord, les stations du Mont Ti-Basse, près de Baie-Comeau, et de Gallix, à Sept-Îles, ont démarré leur saison simultanément samedi matin.

Des skieurs et des planchistes.

La station de ski Gallix est ouverte à ses membres depuis vendredi soir (archives).

Photo : Radio-Canada

Seules certaines stations gaspésiennes ont dû repousser leur ouverture par manque de neige.

Si les stations de Val D’Irène, de Pin rouge et du Mont-Miller ont pu ouvrir leurs portes cette semaine, celles des monts Berchevaise, Castor et petit Chamonix ainsi que les centres de plein air de Cap-Chat et de la Haute-Gaspésie ont reporté à plus tard le début de leur saison de ski.

Nouveaux règlements, pandémie oblige

Dans toutes ces stations, les skieurs devront respecter une série de règles sanitaires, en commençant par la distanciation physique.

L'accès aux télésièges se fera selon le principe des bulles familiales. Certains skieurs devront donc prendre place seuls dans les remontées mécaniques incluant celles prévues pour 4 personnes, ce qui pourrait augmenter l’attente pour de chaque remontée.

Le télésiège du Mont-Comi, avec des familles de quatre et des personnes seules.

Les skieurs doivent emprunter le remonte-pentes avec leur bulle familiale, quitte à monter seuls.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Guilbault

Les skieurs doivent également prévoir deux couvre-visages plutôt qu’un : un masque sec est requis dans les lieux intérieurs, alors qu’un couvre-visage de type cache-cou ou cagoule est demandé à l’extérieur.

L’accès au chalet est d’ailleurs restreint dans les stations de ski en zone rouge, avec une limite de 15 minutes par personne. Les skieurs ne peuvent également pas manger à l’intérieur.

Les visiteurs doivent donc s'équiper pour la descente dans leur voiture ou à l'extérieur du chalet.

Une femme et une fillette amènent leurs skis à l'entrée du parc du Mont-Comi.

En zone rouge, les skieurs doivent se préparer dans leur voiture, plutôt qu'à l'intérieur du chalet.

Photo : Radio-Canada / Simon Rail-Laplante

Il reste que les mesures sanitaires sont beaucoup plus faciles à mettre en place dans les petits centres de ski, qui sont nombreux dans l’Est-du-Québec.

Le Mont-Miller, c'est déjà une station à petit volume, on a seulement un T-bar, alors ce n'est pas très contraignant, il n'y a pas grand-chose à changer de notre côté, indique le directeur marketing du Chic-Chac, Félix Rioux.

Un panneau installé à l'entrée du chalet du Mont-Miller indique les règlements liés à la COVID-19.

L'équipe du Chic-Chac applique les recommandations de l'Association des stations de ski du Québec en matière de mesures sanitaires.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

La zone orange permet plus de libertés dans le chalet des stations de Gallix et du Mont Ti-Basse.

Il n’y aura pas de grand changement, à l’exception de la désinfection obligatoire des mains et les flèches au sol, mais on recommande aux gens d’utiliser leur voiture pour se réchauffer ou pour donner un point de rassemblement à sa bulle familiale, mentionne le directeur général du Mont Ti-Basse, Patrick Pelletier.

M. Pelletier ajoute que l’équipe du Mont Ti-Basse s’est affairée à dynamiser l’extérieur du chalet et les alentours du stationnement pour encourager les visiteurs à rester dehors.

L’Association des stations de ski du Québec recommande également d’acheter les billets journaliers d’avance. La location d’équipement se fait d’ailleurs 24 heures d’avance dans la plupart des centres de ski de l’Est-du-Québec.

Engouement palpable

Les administrateurs de centres de ski contactés par Radio-Canada ont tous remarqué un fort engouement pour le ski alpin et la planche à neige.

L’enthousiasme des skieurs québécois semble même compenser l’absence de clientèle des Maritimes.

On a [habituellement] une bonne clientèle du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard. Ça nous a amputés dans nos ventes de billets de saison. Pourtant, on est assez près de la normale. On peut conclure qu’il y a de l’engouement dans nos régions, note le président de la Corporation de gestion du Parc régional de Val-d'Irène, Manuel Cantin.

La station de ski de Val-D'Irène.

À moins de deux heures de la frontière avec le Nouveau-Brunswick, le Parc régional de Val-d'Irène accueille habituellement un grand nombre de skieurs des provinces de l'Atlantique.

Photo : Radio-Canada

Même son de cloche de l’autre côté du fleuve, où l’équipe de la station Gallix remarque une augmentation des clientèles familiales.

Il y a beaucoup de nouveaux arrivants, mais aussi des gens qui ont fait découvrir le ski à leurs enfants l’année passée. Et là, cette année, qu’est-ce que les enfants demandent pour Noël? Des forfaits de ski!, raconte la coordonnatrice de l'école de glisse de Gallix, Shana Maltais.

L’engouement pour les sports de glisse s’étend même au ski hors piste. L'équipe du Chic-Chac estime avoir vendu deux fois plus de forfaits pour le hors piste qu'à pareille date l'an dernier.

Avec les informations de Martin Toulgoat et Denis Leduc

À partir d'entrevues aux émissions Bonjour la Côte et Bon pied, bonne heure!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !