•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise des opioïdes : une nouvelle drogue détectée en Ontario

Plan rapproché sur de la cocaïne dans un sac de plastique

L'isotonitazene peut se présenter sous forme de poudre blanche, beige ou rouge ou sous forme de comprimé. (Photo d'archives)

Photo : iStock

Une nouvelle drogue circule depuis peu en Ontario. Cet opioïde dérivé de benzimidazole est surnommé « iso ».

L’« iso », de son vrai nom isotonitazene, est considéré plus puissant que le fentanyl selon une étude publiée dans le magazine scientifique Drug Testing Analysis en avril 2020.

Cette drogue a été détectée à 18 reprises dans des échantillons provenant de l’Ontario entre le 1er janvier et le 16 décembre 2020, selon Maryse Durette, des relations avec les médias de l'Agence de la santé publique du Canada. Mme Durette ajoute que cette drogue n’a pas été identifiée du tout dans des échantillons provenant de l’Ontario en 2019.

De plus, l’isotonitazene a été détecté dans deux échantillons par le Centre des sciences judiciaires (CFS) du ministère du Solliciteur général de l'Ontario dans des cas non fatals. Les deux événements se sont produits entre décembre 2019 et 2020, selon Stephanie Rea, du bureau du Coroner en chef ontarien.

Le bureau du Coroner en chef ne rapporte donc aucune surdose mortelle liée à cette nouvelle drogue.

Un risque pour ceux qui consomment des opioïdes

La présence de cette nouvelle drogue représente un risque pour ceux qui consomment régulièrement des opioïdes achetés sur le marché noir, explique Roxie Danielson, infirmière et activiste en réduction des dommages et prévention des surdoses à Toronto.

Nous assistons certainement à une augmentation des surdoses mortelles depuis le début de la pandémie, explique-t-elle. Elle ajoute que le fentanyl est régulièrement coupé à l’aide de différentes substances.

Si une personne a l'habitude de prendre une certaine drogue et qu'elle a du mal à la trouver, elle est plus susceptible de prendre quelque chose qu'elle n'a jamais pris. À ce moment, le risque de surdose mortelle augmente considérablement, précise-t-elle.

La crise des opioïdes va en s’accélérant au pays. Mme Danielson ajoute qu’elle souhaiterait voir le gouvernement décriminaliser la consommation de drogues et fournir un approvisionnement sûr aux gens. Elle ajoute que le Portugal a emprunté cette voie et cite cette décision en modèle à suivre.

Présent sur le marché noir virtuel

L’isotonitazene est disponible sur le web caché (communément appelé dark web). Les vendeurs d’« iso » disent tous expédier leurs colis de Chine.

Le web caché est utilisé pour diverses raisons, dont pour faciliter la vente de biens et de services illégaux. Les forums et les magasins consacrés à la vente de substances illicites n'existent qu'en raison de l'anonymat fourni par [les serveurs du web caché] et il est exceptionnellement difficile pour les autorités de suivre les adresses IP et les emplacements des hébergeurs de ces sites, explique Ariel Roddy, candidate au doctorat au School of Criminal Justice de l’Université Michigan State. Mme Roddy est co-autrice d’un article de recherche sur les tueurs à gages sur le web caché.

Selon Mme Roddy, il est très possible que cette nouvelle drogue était disponible sur le terrain à Toronto [depuis un moment déjà] mais que les forces de l'ordre l’ignoraient.

Elle ajoute que ces marchés cachés ne sont probablement responsables que d’une fraction des drogues qui se trouvent sur le marché noir ontarien. Le web caché permet d'expédier des drogues en petites quantités, dit-elle.

Au Québec aussi

Cette nouvelle drogue a aussi été récemment détectée au Québec.

À Québec, le CIUSSS de la Capitale-Nationale rapportait au début du mois que l’« iso » (aussi appelé toni) est associé à un risque accru de surdoses et a été détecté pour la première fois en novembre 2020.

Toujours en décembre, une alerte de surdose a été partagée par des organismes communautaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean en raison de l’apparition de l’isotonitazene sur le territoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !