•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les matériaux naturels en construction, une tendance qui s’enracine au Bas-Saint-Laurent

L'oeuvre d'art de Jean-Philippe Roy sur le toit de la Maison ERE 132.

Depuis son inauguration, la Maison ERE 132 est utilisée pour faire connaître les avantages de la construction écologique pour l’économie régionale, pour l’environnement et pour la qualité de vie des occupants (archives).

Photo : Radio-Canada / Laurence Gallant

L’Université du Québec à Rimouski (UQAR) ajoutera une concentration en écoconstruction à son programme de baccalauréat en génie civil dès l’automne. Ce programme amènera non seulement les étudiants à se questionner sur l’impact environnemental lié à la construction des bâtiments, mais aussi sur les bienfaits des matériaux naturels.

Le souci d’utilisation du bois et des matériaux naturels qui ont une faible empreinte écologique au Bas-Saint-Laurent s’enracine.

Le meilleur exemple est probablement la maison écologique ERE 132, qui a été construite sur le site des Jardins de Métis. Sa construction s'inspire des plus hauts standards de protection et d'intégration à l'environnement.

Depuis son inauguration, elle est utilisée pour faire connaître les avantages de la construction écologique pour l’économie régionale, pour l’environnement et pour la qualité de vie des occupants.

Plus récemment, l’école anglophone Metis Beach, à Métis-sur-Mer, a été rénovée, en 2018 : les architectes se sont pour l'occasion inspirés duprojet Lab-École du gouvernement du Québec.

Vue de la cafétéria sur la baie de Métis-sur-Mer.

Le bâtiment de l'école anglophone Metis Beach, à Métis-sur-Mer (archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Caroline Frenette, professeure au Département de mathématique, informatique et génie à l’UQAR, est d’avis qu’au Bas-Saint-Laurent, les entrepreneurs tiennent compte des différents impacts sur l’environnement. Ceux-ci ont également une volonté d’utiliser les matériaux locaux.

On a une industrie forestière qui est très présente au Bas-Saint-Laurent. Et donc, ça me semble important que les ingénieurs qui sortent de l’UQAR aient une bonne connaissance de ces matériaux et de comment les utiliser en construction, affirme Caroline Frenette.

Le bois, vestige du patrimoine architectural québécois

Par ailleurs, l’utilisation du bois fait partie du patrimoine architectural québécois. Or, le bois a été délaissé au début du siècle pour être remplacé par des matériaux dits modernes tels que l’acier et le béton.

La microbrasserie Côte-du-Sud en construction à Montmagny.

La structure de bois de la microbrasserie Côte-du-Sud, à Montmagny, est l'oeuvre d'Art Massif (archives).

Photo : Radio-Canada

La professeure à la tête de la nouvelle concentration en écoconstruction de l’UQAR précise toutefois que le bois est de nouveau le matériau chouchou de l’industrie du bâtiment.

Je pense que [depuis] les 20-30 dernières années, l’aspect de l’environnement et de la volonté de faire des bâtiments de type bas carbone est de plus en plus présent. Ça ramène ainsi les matériaux naturels biosourcés comme le bois, où on a une réduction de l’empreinte carbone qui est certaine, explique-t-elle.

Charte du bois régionale

Dans les prochains mois, le Créneau d’excellence en écoconstruction au Bas-Saint-Laurent ira à la rencontre des municipalités et des MRC de la région afin de présenter la Charte du bois régional.

Il s’agit d’un outil qui oblige les promoteurs à évaluer la possibilité d’intégrer le bois dans un bâtiment qui obtient du financement public.

La directrice du Créneau d’excellence en écoconstruction au Bas-Saint-Laurent, Claire Sirois, admet que la charte n'a pas un caractère contraignant, mais qu'elle est une façon de promouvoir le matériau.

L'abbaye Val Notre-Dame, conçue par l'Atelier Pierre Thibault.

L'abbaye Val Notre-Dame, conçue par l'Atelier Pierre Thibault (archives).

Photo : Courtoisie: L'Atelier Pierre Thibault

En 2013, Québec a modifié le Code de construction du Québec pour permettre la construction de structures en bois de cinq et six étages. Avec la nouvelle charte du bois, tout projet financé en tout ou en partie par l’État devra prévoir un scénario bois. Le gestionnaire de projet est donc obligé d’élaborer un plan de construction en bois, et de le comparer avec les autres matériaux comme l’acier et le béton.

Claire Sirois veut y ajouter un volet régional avec une nouvelle charte du bois régionale.

On trouvait que c’était important de développer un sentiment d’appartenance encore plus fort au Bas-Saint-Laurent par rapport à l’utilisation de ce matériau qui est le produit écologique par excellence, indique la directrice du Créneau d’excellence en écoconstruction.

L’idée c’est de proposer une charte qui nous ressemble un peu plus, à laquelle on veut faire adhérer le monde municipal notamment parce que l’on considère qu’ils ont un rôle super important à jouer dans la promotion de cette ressource naturelle là.

Une citation de :Claire Sirois, directrice du Créneau d’excellence en écoconstruction

Avec la Stratégie nationale de production de bois, présentée mercredi après-midi par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), Québec prévoit presque doubler la récolte forestière d’ici 2080. Une augmentation de près de 15 % est anticipée d’ici 5 ans.

Biophilie

En plus de sa capacité à encapsuler les gaz à effet de serre, le bois se démarque par son impact positif sur le bien-être des gens.

La notion de biophilie réfère à l'amour de ce qui est vivant. En architecture, la biophilie consiste à concevoir un environnement le plus naturel possible.

La Maison haute, conçue par l'Atelier Pierre Thibault.

La Maison haute, conçue par l'Atelier Pierre Thibault (archives)

Photo : Courtoisie: L'Atelier Pierre Thibault

Beaucoup d’études qui se sont faites sur la biophilie et sur la présence du bois à l’intérieur des bâtiments démontrent un effet positif sur la santé des gens d’avoir du bois dans leur environnement, entre autres sur les enfants dans les écoles, dans les centres pour personnes âgées, soutient Caroline Frenette.

On a découvert que ça avait des bienfaits sur le bien-être, sur la créativité et sur la concentration.

Une citation de :Caroline Frenette

La concentration en écoconstruction de l’UQAR est ainsi un exemple d’initiative qui cherche à encourager l’utilisation des matériaux naturels comme outil dans la lutte contre les changements climatiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !