•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé Canada propose de réduire le taux de nicotine dans les produits de vapotage

Un homme expire de la fumée en fumant une cigarette électronique.

Santé Canada propose de réduire la concentration maximale de nicotine autorisée à 20 mg/ml, comme l'ont fait la Colombie, la Nouvelle-Écosse et l'Union européenne.

Photo : The Associated Press / Robert F. Bukaty

La Presse canadienne

Le gouvernement fédéral dit vouloir réduire la quantité de nicotine autorisée dans les produits de vapotage dans le but de diminuer leur attrait auprès des jeunes Canadiens.

Vendredi, Santé Canada a annoncé qu’il proposait de réduire la concentration maximale de nicotine autorisée pour les produits de vapotage fabriqués ou importés pour la vente au Canada à 20 mg/ml. La limite actuelle, qui est fixée à 66 mg/ml, demeurerait la concentration maximale autorisée pour tout produit de vapotage destiné aux marchés d’exportation.

Les nouvelles règles proposées interdiraient la vente de tout produit de vapotage si la concentration de nicotine indiquée sur l’emballage était supérieure à la nouvelle limite.

Selon Patty Hajdu, la ministre fédérale de la Santé, ces changements pourraient aider à réduire l’attrait des jeunes pour les produits de vapotage.

Le ministère lancera samedi une consultation publique sur la nouvelle réglementation proposée, qui s’étalera sur 75 jours.

Moins de saveurs offertes?

Le gouvernement dit qu’il réfléchit également à une réglementation supplémentaire qui restreindrait les saveurs des produits de vapotage.

La Société canadienne du cancer (SCC) a salué cette décision, déclarant que la Colombie, la Nouvelle-Écosse ainsi que l’Union européenne ont déjà limité la concentration de nicotine des produits de vapotage à 20 mg/ml. 

Pendant ce temps, certains produits vendus au Québec contiennent près du triple de cette quantité. 

Selon Rob Cunningham, analyste principal des politiques au sein de la Société canadienne du cancer, le taux élevé de vapotage chez les jeunes est une préoccupation fondamentale et fournit la justification nécessaire pour une nouvelle réglementation. Selon lui, les niveaux élevés de nicotine dans les produits de vapotage ont contribué à ce qu’une nouvelle génération de jeunes deviennent dépendants à la nicotine.

La Fondation des maladies du cœur du Canada a fait écho à ce message, en demandant également que les saveurs disponibles soient limitées.

De son côté, l’association canadienne de l’industrie du vapotage a déclaré qu’une nouvelle limite sur le taux de nicotine dans les produits de vapotage pourrait dissuader des fumeurs adultes de prioriser le vapotage par rapport à l’utilisation de cigarettes ou d’autres produits du tabac.

Dans un communiqué, Daniel David, président de VITA Canada, une association professionnelle à but non lucratif représentant l’industrie canadienne du vapotage, a déclaré ne pas comprendre pourquoi le gouvernement fédéral utiliserait des ressources de Santé Canada, et ce, en pleine pandémie mondiale. Selon lui, ces modifications à la réglementation pourraient dissuader des fumeurs adultes de faire la transition vers les produits de vapotage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !