•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les primes d'assurance de copropriétés ne sont pas sur le point de baisser en C.-B

L'objectif réaliste à court terme est la stabilité des primes d’assurance et non leur réduction, annonce l’Autorité des services financiers.

Des immeubles à Vancouver.

Les primes d’assurance des immeubles en copropriété ont augmenté en moyenne de 40 % depuis l’an dernier en Colombie-Britannique

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Les primes d’assurance des copropriétés britanno-colombiennes, qui ont connu récemment une hausse marquée, ne diminueront pas dans un avenir prochain, indique l’Autorité des services financiers (BCFSA), dans son rapport final.

Attendu, le rapport est le fruit d’une enquête menée depuis le mois de janvier et commandée par Victoria, qui doit prendre note de ses recommandations.

Il devait faire la lumière sur la hausse vertigineuse des primes d’assurance, qui ont augmenté de 40 % sur le territoire provincial et de 50 % dans le Grand Vancouver, par rapport à l’an dernier.

Ça aura pris du temps, mais c'était un travail nécessaire, reconnaît le vice-président de la réglementation, Frank Chong.

« Une tempête parfaite de facteurs locaux et mondiaux a créé un marché malsain. »

— Une citation de  Frank Chong, vice-président de la réglementation, BCFSA

Les enjeux du marché sont complexes et aucune solution n'est simple, admet M. Chong.

D’emblée, l’organisme de régulation note que l’objectif réaliste à court terme est la stabilité des primes d’assurance, et non leur réduction.

Un homme marche le long du Seawall de False Creek, à Vancouver.

Selon l'autorité, la stabilité des primes d'assurance est plus importante.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Différents modèles proposés

Dans son rapport, l’organisme indépendant propose divers modèles potentiels pour ajouter de l'offre au marché.

La création d'une compagnie d'assurance du secteur privé, des modèles hybrides s’apparentant à des partenariats public-privé et des assurances individuelles pour les propriétaires devront être envisagés, explique M. Chong.

Bien qu’il y ait des discussions sur la possibilité de créer un modèle d'assurance publique, il estime qu'il n'est pas approprié pour le BCFSA de se prononcer sur la question à l’heure actuelle.

Toutes les parties prenantes ont un rôle à jouer afin de contribuer à l’amélioration de la situation, qui n’est pas propre à la Colombie-Britannique, fait valoir M. Chong.

Il souligne que la situation n’est pas propre à la Colombie-Britannique, comme le démontre le marché de sa province voisine, l'Alberta, également touchée.

Des actions et recommandations

L’interdiction, dès le 1er janvier 2021, d’une pratique considérée comme le principal vecteur de l’augmentation des primes d’assurance est un exemple d’action concrète visant à rétablir la situation, rappelle M. Chong.

Dans ce qu’il nomme la pratique de la meilleure option de tarification, la prime finale payée par les propriétaires est généralement basée sur l'offre la plus élevée, même si la plupart des devis étaient inférieurs.

Nous avons reçu la promesse de l’industrie que cette pratique cesse, et nous continuerons de la surveiller, assure M. Chong.

Le BCFSA compte également travailler à obtenir davantage de statistiques et d’information sur le marché actuel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !