•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un retour à l'entraînement pour la cycliste Magdeleine Vallières-Mill

Vêtue de ses vêtements de cyclisme, Magdeleine Vallières-Mill prend la pose.

La cycliste Magdeleine Vallières-Mill se remet à l'entraînement après avoir subi une commotion cérébrale.

Photo : Facebook / Magdeleine Vallieres

Radio-Canada

La cycliste sherbrookoise Magdeleine Vallières-Mill est de retour à l'entraînement après une convalescence de deux mois et demi. Elle prépare son retour avec l'équipe de développement sur route de l'Union cycliste internationale.

Lors de sa participation aux Championnats du monde d’Imola, en Italie, la jeune athlète a fait une chute et a subi une commotion cérébrale.

À la fin du premier tour, dans la descente, il y a eu un accrochage, je crois, devant moi. Mais j'ai perdu la mémoire donc je ne me souviens plus exactement ce qui s'est passé. Je suis tombée et je me souviens d'être en train de remettre ma chaîne et de repartir. Je me souviens avoir réussi à faire deux tours après ma chute. Après, ils m'ont sortie de la course, raconte-t-elle.

La jeune athlète n'a pas compris tout de suite que quelque chose clochait. Elle se sentait très fatiguée et avait mal à la tête. Elle a fait des tests et c'est là qu'elle a appris qu'elle avait fait une commotion cérébrale.

Elle a passé sa convalescence au Québec. C'était dur parce que ce n'est pas juste que je ne pouvais pas m'entraîner. Je ne pouvais pas continuer à étudier. J'avais mal à la tête en faisant toutes les activités quotidiennes. C'était assez décourageant, raconte-t-elle.

Après beaucoup de repos et un suivi avec plusieurs spécialistes, elle a obtenu le feu vert pour remonter sur son vélo et préparer son retour à la compétition.

Son but: effectuer un retour avec l'équipe de développement sur route de l'Union cycliste internationale, en février, si tout va bien.

Étant donné que ça fait longtemps que je n'ai pas bougé, il faut reprendre ça tranquillement pour s'assurer que je ne tombe pas en surentraînement. Pour le moment je m'entraîne sur le rouleau à l'intérieur. Mon cou n'est pas complétement rétabli donc j'essaie de ne pas prendre de risque, explique Magdeleine.

La Sherbrookoise se réjouit par ailleurs de la mise en place d’un protocole de prise en charge des commotions cérébrales qui s’appliquera à l’ensemble des disciplines de l’Union cycliste internationale dès l'an prochain.

Je crois que c'est vraiment une bonne idée parce que c'est vraiment important de diagnostiquer rapidement les commotions. Par exemple, si tout de suite après ma compétition on m'avait dit de me reposer et de ne rien faire, je suis certaine que ma convalescence se serait passée plus rapidement, juge-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !