•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agropur cède ses activités de yogourt à la multinationale française Lactalis

Des yogourts nano sur une table

La coopérative Agropur vend sa division de yogourt à cause d'« une concurrence de plus en plus féroce » et « une nécessité de simplifier son modèle d'affaires ».

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Les changements se poursuivent à Agropur, qui a décidé de vendre sa division de yogourts, qui comprend les marques Iögo et Olympic, à la multinationale française Lactalis, pour un montant qui n'a pas été dévoilé.

Quelque 450 employés sont concernés par la transaction annoncée jeudi après-midi ainsi que les usines situées à Granby, au Québec, et à Delta, en Colombie-Britannique. Les activités du centre de distribution de Longueuil passeront également dans le giron de Lactalis Canada, anciennement connue sous le nom de Parmalat Canada.

Dans un bref communiqué, la coopérative a notamment évoqué les conditions de marché actuelles, une concurrence de plus en plus féroce ainsi qu'une nécessité de simplifier son modèle d'affaires.

Nous sommes très fiers de tout ce qui a été accompli avec Iögo et Olympic, a souligné le chef de la direction d'Agropur, Émile Cordeau, en poste depuis l'an dernier. La décision de concentrer ses efforts sur ses activités stratégiques implique de simplifier ses opérations.

Les activités de yogourt d'Agropur représentent 3 % de son chiffre d'affaires annuel, qui a été d'environ 7,3 milliards de dollars en 2019. Cette transaction doit obtenir l'aval du Bureau de la concurrence.

De son côté, le président et chef de la direction de Lactalis Canada, Mark Taylor, a souligné que l'acquisition permettra à la société d'élargir son portefeuille de marques de yogourt qui comprend déjà Astro, siggi's et Stonyfield.

En outre, la transaction permettra aux principaux partenaires clients des secteurs de la vente au détail et des services alimentaires de répondre à la demande croissante des consommateurs en ce qui concerne les produits de yogourt , a-t-il fait valoir, dans un communiqué.

Des centaines de mises à pied en un an

Depuis qu'il a succédé à Robert Coallier comme chef de la direction d'Agropur l'an dernier, M. Cordeau a procédé à de nombreux changements, qui se sont notamment traduits par des fermetures d'usines au Québec et des réductions d'effectifs. En novembre 2019, la coopérative avait annoncé une révision organisationnelle de ses activités canadiennes, ce qui s'était accompagné de 125 licenciements, dont des membres de la haute direction.

En avril dernier, elle avait également éliminé 60 postes au Canada en plus de procéder à 200 mises à pied.

L'exercice 2019 n'avait pas été de tout repos pour Agropur, qui, malgré une progression de 10,2 % de ses revenus, avait vu ses excédents nets dégringoler de 40 %, à 40,2 millions de dollars, en raison d'une augmentation des frais financiers, des charges d'amortissement et des frais de démarrage.

Fondée en 1938, la coopérative, propriétaire de marques comme le lait Natrel et le fromage d'Oka, disait compter, selon son plus récent rapport annuel, 8800 employés dans 38 usines réparties au Canada ainsi qu'aux États-Unis. Au Canada, Lactalis emploie environ 3500 personnes dans 30 sites au Québec, en Ontario, en Alberta ainsi qu'au Manitoba.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !