•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une autre élue municipale quitte Projet Montréal

Gros plan de la mairesse de Montréal Valérie Plante.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Christine Gosselin siégera comme élue municipale indépendante en 2021, car elle se dit « en porte-à-faux avec les valeurs et comportements de la mairesse de Montréal, principalement en matière de gestion des ressources humaines ».

Je vous annonce que je quitte Projet Montréal tel que cette formation politique existe aujourd’hui, a écrit Christine Gosselin, conseillère municipale dans l’arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie, sur sa page Facebook.

L’élue municipale avait déjà quitté le comité exécutif de la Ville de Montréal en mars 2019, ce qui avait à l’époque été annoncé par la mairesse Valérie Plante comme une décision prise d’un commun accord.

Christine Gosselin offre toutefois une nouvelle version de cet événement. Renvoyée sans ménagement et sans explications du comité exécutif il y a presque deux ans, j’y ai moi-même goûté [...]. Je me suis tue, car je craignais de manquer de solidarité et de faillir à mon devoir de soutenir la première femme maire de Montréal.

Elle assure cependant ne pas pouvoir tolérer que d’autres élus vivent un traitement semblable au sein du parti : Je choisis de ne plus être complice des raisonnements politiques et bureaucratiques qui ont opéré un véritable déni des bonnes procédures, déni qui, de surcroît, fait fi de l’appareil démocratique.

L'élue participant à une séance du conseil municipal, à l'hôtel de ville de Montréal.

Christine Gosselin, au centre, lorsqu'elle faisait partie du comité exécutif de la Ville de Montréal, en 2018.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Des histoires circulent depuis quelques semaines sur les problèmes internes de Projet Montréal et des articles révèlent que le mécontentement est répandu chez de nombreux et nombreuses élu.es [...] D’ailleurs le récit des expulsions, des départs et des désistements en vue de la prochaine élection parle de lui-même.

Elle évoque aussi le cas d’Annalisa Harris. La directrice de cabinet de la mairesse d’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, a fait l’objet d’allégations de harcèlement psychologique, avant de dénoncer elle-même le harcèlement dont elle se dit victime. La semaine dernière, la Cour supérieure du Québec a mis fin aux directives du contrôleur de la Ville de Montréal empêchant Mme Harris de communiquer avec tous les fonctionnaires de l’arrondissement.

Avec le départ de Christine Gosselin, Projet Montréal a 50 élus sur 103 sièges. Au moins une autre personne quittera avec certitude son poste l’an prochain : Sophie Thiébaut, conseillère d’arrondissement dans le Sud-Ouest depuis 2009.

D'autres élus, dont Sue Montgomery, Luc Ferrandez, Giuliana Fumagalli et Julie-Pascale Provost ont déjà quitté les rangs de Projet Montréal, soit de façon volontaire, soit en s'en faisant exclure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !