•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba envisage un déficit record, mais moins important que prévu

Un homme portant des lunettes assis à un bureau.

Le ministre des Finances du Manitoba, Scott Fielding.

Photo : Radio-Canada

Dans son rapport de mi-année financière, le Manitoba prévoit un déficit de 2 milliards de dollars, un record dû principalement à des dépenses liées à la COVID-19. C’est pourtant près de 1 milliard de moins que prévu dans le rapport financier trimestriel de septembre.

La révision à la baisse du déficit prévu est surtout due à un influx de fonds fédéraux, ont annoncé jeudi le premier ministre, Brian Pallister, et le ministre des Finances, Scott Fielding.

Bien que ce soit le plus important déficit de l’histoire du Manitoba, les projections révisées marquent une amélioration depuis le rapport financier trimestriel de septembre, qui prévoyait un déficit de 2,9 milliards de dollars. Cette amélioration est principalement attribuable aux 648 millions de dollars en transferts fédéraux, indique un communiqué du gouvernement provincial.

Ce déficit sera le plus important depuis celui de 2011, qui avait battu des records en raison des dépenses liées à une importante inondation. Cette année-là, le déficit avait atteint un peu plus d’un milliard de dollars, selon la province.

Les prévisions en bref :

  • Déficit : 2,048 milliards de dollars
  • Dépenses liées à la pandémie : 3,2 milliards de dollars
  • Baisse de revenu : 372 millions de dollars
  • Contraction du produit intérieur brut en 2020 : 4,6 %
  • Croissance du produit intérieur brut en 2021 : 4,1 %

Le gouvernement du Manitoba indique que la pandémie lui coûtera un total de 3,2 milliards de dollars, en tenant compte de dépenses qui seront payées sur plusieurs années. Les fonds sont destinés au domaine de la santé et au secteur économique, entre autres.

Le ministre des Finances indique que, depuis le rapport trimestriel de septembre, la province a annoncé 585 millions de dollars en fonds disponibles dans le cadre de programmes d’aide économique, entre autres.

Environ 522 millions de dollars ont été dépensés uniquement pour acheter de l’équipement de protection individuelle.

La priorité de notre gouvernement est de protéger nos Manitobains les plus vulnérables de la COVID-19, et de s’assurer que le système de soins de santé soit là pour tous les Manitobains lorsqu’ils en ont besoin, affirme le premier ministre Brian Pallister.

Contrairement à beaucoup de provinces qui ont connu la première vague au printemps et la deuxième à l’automne, nous avons connu la première et la deuxième vague il y a quelques semaines, en même temps. Cela a généré beaucoup de pression sur notre système de santé, soutient-il.

Des revenus à la baisse

Le gouvernement prévoit une baisse de revenu de 372 millions de dollars par rapport au budget de 2020.

Cette réduction est attribuée à des projections à la baisse des revenus provenant des impôts et des taxes. Avec la seule fermeture de casinos, la province perd environ 40 millions de dollars de revenu par mois, note Scott Fielding.

Nous avons perdu environ un milliard de dollars de revenu, indique-t-il, en ajoutant que des fonds additionnels d’Ottawa viennent éponger près des deux tiers de cette somme.

La province prévoit que sa dette nette atteindra 27,7 milliards de dollars, soit une hausse de 1,2 milliard par rapport au budget. La dette se situera alors à 38,7 % du produit intérieur brut.

Selon les prévisions, le produit intérieur brut (PIB) réel de la province baissera de 4,6 % en 2020. Le budget prévoyait une hausse de 1,3 %. La province prévoit une hausse du PIB de 4,1 % en 2021.

L’opposition réplique

Le rapport de mi-année financière prévoit que le Fonds de stabilisation des recettes restera de 800 millions de dollars, pour que le gouvernement puisse accéder à des liquidités supplémentaires s’il était incapable de contracter d’autres emprunts, selon le communiqué.

L’opposition néo-démocrate critique la volonté du gouvernement de maintenir un fonds d'urgence tout en continuant d’emprunter à taux préférentiels pour équilibrer le budget.

Le gouvernement met de côté plus de 800 millions de dollars alors qu'il y a des gens qui en ont besoin, affirme le chef du Nouveau Parti démocratique du Manitoba, Wab Kinew.

Le premier ministre se dit conscient de la situation, mais défend son choix. Il estime que cet argent pourrait servir dans des situations comme des inondations au printemps.

Le Parti libéral du Manitoba estime de son côté que le premier ministre réécrit l'histoire en parlant d’une première vague et d’une deuxième vague qui se seraient déroulées en même temps.

Il nie la première vague pour justifier de ne pas s'être préparé en vue de la seconde, lance le chef du parti, Dougald Lamont.

Visitez notre dossier sur les vaccins contre la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !