•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC ouvre une enquête criminelle sur un accident de train mortel

Une dizaine de wagons brisés sont empilés sur le bord d'une route enneigée.

L'accident ferroviaire survenu à Field, près de la frontière entre l'Alberta et la Colombie-Britannique, a fait trois morts.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

L'unité des crimes majeurs de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ouvre une enquête criminelle sur un accident de train mortel et des allégations de camouflage du Canadien Pacifique (CP), à la suite d'un déraillement dans lequel tué trois membres de l’équipage ont trouvé la mort près de Field, en Colombie-Britannique, en février 2019.

Ce sera une enquête complexe, croit l'agente principale des relations avec les médias de la GRC en Colombie-Britannique, Janelle Shoihet.

Soulagement pour les familles

Pam Fraser, la mère d'une des victimes, le conducteur Dylan Paradis, a déposé le mois dernier une plainte officielle à la GRC, l'exhortant à se pencher sur une possible négligence de CP. Aujourd'hui, elle se réjouit de l’ouverture de l’enquête. Oh, mon Dieu, nous ne pourrions pas être plus heureux!

C’était évitable. Cela n'aurait jamais dû se produire ainsi, dit-elle.

Outre l’enquête du Bureau de la sécurité des transports (BST), un seul corps policier a mené une enquête, soit le Service de police du Canadien Pacifique.

L’un de ses agents, Mark Tataryn, a démissionné, invoquant une obstruction de la part de son employeur, qu’il interprète comme un effort de camouflage. Le CP soutient plutôt que l’employé était mécontent.

Carte indiquant les repères suivants : lieu du déraillement, et les principales localités, Calgary, Lake Louise, Golden, Kelowna et Vancouver.

Carte situant le lieu du déraillement de train du 4 février 2019, près de Field, en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / CBC

Des préoccupations

Trois employés du Canadien Pacifique ont perdu la vie dans ce déraillement, soit le conducteur Dylan Paradis, l’ingénieur Andrew Dockrell, et un stagiaire, Daniel Waldenberger-Bulmer.

Dans les jours qui ont précédé l’accident, des conditions météorologiques extrêmes causaient des problèmes le long de l'un des trajets les plus périlleux du CP, qui a vu 26 déraillements ou pertes de contrôle au cours des 26 dernières années.

Avant de monter à bord du train 301, Daniel Waldenberger-Bulmer, alors âgé de 26 ans, a fait part de ses préoccupations à son meilleur ami. Dans un texto, il écrit qu’il s’agit presque d’un train en fuite et que la situation est chaotique.

Son ami lui répond avec inquiétude : Je ne veux pas perdre un frère de train. Garde ces gros bus métalliques sur les rails.

Ha ha, c'est le but, lui répond M. Waldenberger-Bulmer.

Trois portraits d'hommes sont collés.

Les victimes de gauche à droite de l'accident ferroviaire de lundi à Field en Colombie-Britannique : le stagiaire Daniel Waldenberger-Bulmer, le mécanicien Andrew Dockrell et le conducteur Dylan Paradis.

Photo : Facebook

Chaîne d'échecs

Le froid a fait perdre de la pression aux freins à air du train 301 et, n'ayant pas de freins à main supplémentaires, il a dévalé la montagne pour atteindre des vitesses supérieures à 80 km à l'heure, avant de dérailler dans la rivière Kicking Horse, le matin du 4 février.

Au cours d'une enquête de 18 mois, l’émission The Fifth Estate de CBC a révélé une série de problèmes survenus alors que le CP continuait à faire fonctionner des trains malgré des conditions de gel et de neige extrêmes.

Le CP coopérera avec la GRC dans le cadre de son enquête, soutient le porte-parole de la société, Jeremy Berry.

Dès le début, le CP a déclaré qu'il était disponible et disposé à discuter de questions pertinentes avec la GRC, le Bureau de la sécurité des transports et tous les autres organismes concernés. Comme l'affaire fait l'objet d'une enquête, le CP ne fera pas d'autres commentaires.

Avec les informations de The Fifth Estate, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !