•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le MBAM renouvelle sa collection avec des œuvres de personnes non blanches

L'homme dans un atelier de peinture porte une casquette et sourit.

Le peintre canado-haïtien Manuel Mathieu fait partie des cinq artistes dont une œuvre a été acquise par le MBAM.

Photo : Marie-Anne Letarte

Radio-Canada

Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) a annoncé mercredi avoir acquis cinq œuvres contemporaines suscitant une réflexion politique et créées par quatre artistes non blancs et une artiste non blanche.

Le musée a déclaré, dans un communiqué, vouloir avec ses acquisitions multiplier les voix et les points de vue qui s'expriment dans sa collection, en l'enrichissant d'œuvres contemporaines qui font écho au monde global.

Cette posture en faveur de la diversité est primordiale pour l’écosystème muséal, selon Mary-Dailey Desmarais, directrice de la conservation au MBAM, en entrevue avec Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18.

Ce n’est pas une question de ‘’diversifier juste pour diversifier’’ : il s’agit de dire qu’un dialogue authentique passe par une multiplicité de voix et de points de vue et que nos collections [doivent refléter] la diversité de notre société.

Une citation de :Mary-Dailey Desmarais, directrice de la conservation au MBAM

Parmi les cinq œuvres, trois ont été acquises à l’aide de fonds de donateurs et donatrices, et les deux autres ont été léguées à l'établissement culturel. Les mêmes normes d’acquisition ont été respectées pour les deux situations. Le même processus rigoureux d’évaluation est fait par tous les conservateurs, que ce soit un don ou un achat, précise Mary-Dailey Desmarais.

Des œuvres qui reflètent les luttes sociales contemporaines

Chacune des œuvres retenues par le musée incite à nous poser des questions importantes et pertinentes par rapport à ce qu’on vit en ce moment, en cette période historique, indique la directrice de la conservation.

La sculpture Yes We Love You, de Stanley Février, aborde le racisme systémique en représentant un homme à plat ventre et les mains liées. Une œuvre difficile à regarder qui n’est pas sans rappeler la mort de George Floyd.

Sculpture d'un homme noir à plat ventre, les mains liées derrière le dos.

La scultpture « Yes, We Love You », de Stanley Février

Photo : Jean-Guy Turgeon

La peinture Sans titre (Tera Nova), de la peintre et sculptrice Firelei Báez, traite de l’histoire coloniale en mettant en scène un personnage aux jambes noires accroupi devant une vieille carte regroupant une partie de l’Afrique et de l’Amérique du Sud.

Les trois autres artistes dont les œuvres ont été retenues sont le chef Kwakwaka'wakw et militant politique Beau Dick, le peintre canado-haïtien Manuel Mathieu ainsi que l’artiste visuel cri Duane Linklater.

Le MBAM continue d’offrir jusqu’au 11 janvier des visites virtuelles de quatre expositions. Mary-Dailey Desmarais a également annoncé qu’une exposition de l’artiste franco-algonquine aura lieu à l’automne 2021.

Avec les informations de Catherine Richer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !