•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des États américains s'apprêtent à lancer des poursuites contre Google

Le PDG de Google Sundar Pichai parle à une foule devant un écran orné du logo de Google.

Le PDG de Google, Sundar Pichai

Photo : Getty Images / Justin Sullivan

Agence France-Presse

Le Colorado et le Nebraska s’accordent pour lancer des poursuites contre Google, l’accusant d’avoir abusé de sa position dominante en mettant de l’avant ses propres offres parmi les résultats de son moteur de recherche.

Une plainte pourrait être déposée dès jeudi, selon le média américain Politico, qui cite plusieurs sources anonymes.

De nombreuses plateformes numériques qui proposent des produits ou services recommandés, dont Amazon, TripAdvisor et Yelp, se sont plaintes que Google favorise ses propres offres dans les résultats de recherche.

Les poursuites prévues par les États doivent mettre de l'avant que le moteur de recherche de Google désavantage la concurrence de par sa conception même, selon Politico.

Il s'agit d'une difficulté supplémentaire pour l'entreprise de Mountain View, en Californie, dont le modèle est basé sur des services gratuits et la publicité ciblée à partir des données des internautes.

D’autres poursuites en cours

Google se retrouve déjà sous le feu des projecteurs après l'engagement de poursuites par le ministère américain de la Justice. Le gouvernement américain est en effet parti à l'assaut de Google en octobre, accusant le groupe de maintenir un monopole illégal sur la recherche en ligne et la publicité. Les États-Unis ont lancé par la même occasion l'enquête antitrust la plus importante depuis plusieurs décennies, ce qui ouvre la porte à un possible démantèlement du géant.

Ces poursuites, prévues pour durer plusieurs années, dressent une nouvelle ligne de fracture entre le gouvernement et les grandes entreprises du web, avec des conséquences potentiellement énormes pour le secteur.

Néanmoins, prouver l'abus de position dominante pourrait se révéler être une gageure pour les autorités fédérales. Des juristes jugent difficile de prouver le caractère illégal des activités de Google, dans la mesure où le service est globalement gratuit, et donc sans conséquence sur le bien-être des consommateurs et consommatrices.

Selon le ministère de la Justice, Google a renforcé son monopole en signant des accords avec les fabricants d'appareils intelligents afin que ses applications et services soient installés par défaut, parfois sans possibilité de les effacer.

Google a de son côté qualifié ces poursuites de profondément erronées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !