•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SQ épingle un dangereux prédateur sexuel qui aurait sévi dans les années 70 et 80

Michel Déry est considéré par la SQ comme un prédateur sexuel qui a sévit à plusieurs reprises dans les années 1970.

Michel Déry est considéré par la SQ comme un prédateur sexuel qui a sévi à plusieurs reprises dans les années 1970.

Photo : Sûreté du Québec

La Sûreté du Québec a procédé à l'arrestation de Michel Déry, 61 ans, à son domicile de Montréal, le 11 décembre dernier.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'accusé n'est pas un enfant de chœur, s'il faut en croire l'acte d'accusation retenu contre lui, qui révèle une kyrielle de crimes sexuels.

Michel Déry a été accusé le jour de son arrestation par visioconférence, au palais de justice de Drummondville, de viol, d'enlèvement, de grossière indécence et de séquestration.

Les enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ) de la Division des disparitions et dossiers non résolus, qui ont réglé l'affaire après une cinquantaine d'années, sont convaincus que Déry a fait plusieurs victimes.

Les crimes se sont produits dans les régions du Centre-du-Québec et de la Montérégie, entre 1972 et 1983. Nous pensons que la majorité des victimes étaient d'âge mineur au moment des gestes commis, précise Marie-Michelle Moore, porte-parole au Service des communications de la Sûreté du Québec.

La priorité actuellement pour la Sûreté du Québec est de protéger les victimes dans ce dossier. Et on leur demande de contacter nos enquêteurs pour continuer notre dossier d'enquête

Marie-Michelle Moore, porte-parole à la SQ

Si vous pensez avoir été l'une des victimes de Michel Déry, vous êtes priés de contacter la Centrale de l'information criminelle de la Sûreté du Québec au 1-800-659-4264.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.