•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des employés d'Extendicare Parkside critiquent les décisions de leur employeur

Une enseigne à l'extérieur du foyer de soins de longue durée, Extendicare Parkside.

Des employés estiment que le manque de personnel et le déplacement des résidents infectés par la COVID-19 ont contribué à la propagation du virus.

Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Des employés du centre de soins Extendicare Parkside estiment que les mauvaises décisions prises par leur employeur au début d'une éclosion ont aggravé la situation.

Sous le couvert de l'anonymat, de nombreux employés se sont confiés à CBC/Radio-Canada.

Tout a commencé il y a trois semaines, lorsque le nombre de cas de COVID-19 a explosé dans le foyer où résident 200 personnes. Le 29 novembre, 50 résidents ainsi que 25 employés ont été déclarés positifs. Un résident avait succombé à la COVID-19.

Le 10 décembre, un peu après que l’Autorité de la santé (SHA) eut pris le contrôle du foyer, 160 résidents et 86 employés avaient été contaminés par le virus. En date de mardi, 19 résidents sont morts en raison de la COVID-19.

Les employés du centre Extendicare Parkside ont un tableau pour noter les cas et les décès liés à la COVID-19.

Le 2 décembre, 89 résidents et 32 employés du centre Extendicare Parkside ont été contaminés par la COVID-19.

Photo : Envoyée à CBC/Radio-Canada

Depuis, le nombre de cas actifs chez les résidents a diminué, selon les mises à jour envoyées aux familles.

Toutefois, des employés se posent une question : quelle est la logique de certaines mesures qui ont été prises pour contenir la propagation du virus?

Le déménagement des résidents

C’était une zone de guerre, confie un ancien employé. Nous perdions des personnes chaque jour. Les conditions à l’intérieur sortaient de l’imaginaire. Nous étions à court de personnel.

Il affirme que les résidents qui ont été déclarés infectés par la COVID-19 et leurs effets personnels ont été déplacés dans de nouvelles chambres dans l’aile nord de l’établissement. Les autres résidents ont été confinés dans l’aile principale et sud du foyer.

Une carte du centre de soins Extendicare Parkside à Regina

Le centre de soins Extendicare Parkside à Regina comprend au total trois ailes dans l'établissement.

Photo : Envoyée à CBC/Radio-Canada

Pourquoi n’a-t-on pas décidé d’isoler les personnes [infectées] dans leurs chambres?, dit l’employé. Il estime que les déménagements ont contribué à la transmission de la COVID-19.

Le déménagement de plus de 100 personnes était nécessaire pour contenir l’éclosion , ont dit les représentants d’Extendicare Parkside aux familles lors d'une rencontre virtuelle le 2 décembre.

La semaine suivante, le nombre de cas a presque doublé chez les résidents, passant de 84 le 3 décembre à 160 le 10 décembre.

Selon Cory Neudorf, qui est professeur au département de santé communautaire et d'épidémiologie de l'Université de la Saskatchewan, lorsque les foyers de soins de longue durée doivent faire face à une éclosion, il est important de garder les résidents qui ont déclarés positifs dans leurs chambres.

Par contre, le Dr Neudorf croit que, dans des établissements comme Extendicare Parkside, où 34 chambres logent chacune quatre résidents, cette décision devient plus difficile.

Une option, selon le Dr Neudorf, serait de déplacer les résidents infectés par la COVID-19 dans des chambres inoccupées. Les autres résidents qui ont été en contact avec ces derniers restent dans leur chambre pendant leur quarantaine.

Le manque de personnel

Un autre ancien employé du foyer affirme également que les résidents qui n’ont pas contracté la COVID-19 ont été déplacés dans les chambres de ceux qui avaient été déclarés positifs.

Nous n’avions pas de préposés à l’entretien de plus pour assurer le nettoyage complet des chambres. Les lits ont été nettoyés, mais pas les rideaux, qui sont connus pour abriter les virus et les bactéries, dit-il.

Lit d'un résident dans une chambre d'Extendicare Parkiside.

En date du 15 décembre, 19 résidents d'Extendicare Parkside à Regina avaient succombé à la COVID-19.

Photo : Envoyée à CBC/Radio-Canada

Une autre employée déplore le fait que ses collègues et elle ont dû se déplacer d’une aile à l’autre pour offrir des soins aux résidents, ce qui aurait pu contribuer à la transmission du virus.

L’équipement de protection individuelle ne couvre pas nos vêtements à 100 %. Si un résident tousse et que les gouttelettes se retrouvent sur nos vêtements, le travailleur peut, sans le vouloir, infecter un autre résident.

Au vu du nombre d’employés qui ont été déclarés positifs, Extendicare Parkside a reconnu que la pénurie de personnel était un défi.

« Nous essayons, la plupart du temps, de garder dans l’aile nord les employés qui travaillent avec un résident infecté. Mais, avec le nombre d'employés qui ont été déclarés infectés par la COVID-19, nous déplaçons nos travailleurs pour assurer le bien-être de tous les résidents. »

— Une citation de  Jason Carson, gestionnaire principal d’Extendicare Parkside

Extendicare Parkside est sous la tutelle de la Autorité de la santé de la Saskatchewan au moins jusqu’au 15 janvier.

Avec les informations de Guy Quenneville

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !