•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chemin Rhéaume : Évelyne Beaudin referait « exactement la même chose »

La présidente du conseil voulait que la conseillère s'exprime sur la question à huis clos.

Évelyne Beaudin, conseillère municipale

Évelyne Beaudin, conseillère municipale

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La conseillère municipale Évelyne Beaudin a expliqué lors d’un comité plénier public mardi soir pourquoi elle juge qu’elle n’est pas dans une situation d’apparence de conflit d’intérêts dans le dossier du chemin Rhéaume.

La présidente du conseil, Nicole Bergeron, a toutefois tenté d’empêcher l’élue de s’exprimer devant les élus et les citoyens qui pouvaient écouter les délibérations diffusées simultanément en ligne. Si vous voulez qu’on s’en reparle en comité huis clos devant les collègues, vous pourrez le faire, a déclaré Mme Bergeron.

S’en est suivi un vif échange et l’intervention de la conseillère Annie Godbout qui s’est opposée à la décision de la présidence. Qu’on en parle en huis clos tous ensemble ou en public, ça va être le même temps pour nous, a mentionné Mme Godbout, avant de suggérer de demander le vote. Il n’y a pas de vote qui se prend en plénier, a rétorqué la présidente.

Les conseillers Vincent Boutin, Karine Godbout, Marc Denault, Julien Lachance et Pierre Avard sont ensuite intervenus pour demander à la présidence de permettre à la cheffe de Sherbrooke Citoyen de s’exprimer. La présidente a finalement, après de longues minutes de débats, consenti à la demande de ses collègues.

Le maire, Steve Lussier, est quant à lui resté muet lors de cet échange.

Un avis juridique qui contredit celui commandé par la Ville

Des gens ont prétendu sur la place publique que j’étais en conflit d’intérêts, que j’avais un intérêt ou une apparence de conflit d'intérêts. J’aimerais m’exprimer et donner des explications à ce sujet pour dire que je ne le suis pas, a mentionné Évelyne Beaudin.

Elle a expliqué sentir l’obligation d’intervenir sur cette question à cause des prétentions du maire et de l’avis qu’il a fait produire, s’est-elle désolée.

« Je dirai que si c’était à refaire, je referai exactement la même chose. Je suis fière de cette victoire citoyenne et j’espère que ça va encourager un plus grand nombre de citoyens et de citoyennes à s’intéresser à la politique municipale et à faire respecter leurs droits à l’avenir.  »

— Une citation de  Évelyne Beaudin, conseillère municipale

La conseillère avance qu’elle n’a aucun conflit d’intérêts dans ce dossier et qu’elle a même fait produire un avis après l’appel du maire Steve Lussier le 30 novembre dernier. Je trouve ça pénible ce genre de chose et je trouve que ça coûte cher aux contribuables. Je trouve ça stressant. Je pense qu’il n’y a personne qui aime être l’objet de ce type de démarche. Mais, malheureusement, on est rendus là à Sherbrooke. C’est totalement déplorable, a-t-elle déploré.

Cet avis ne peut être rendu public, car, selon Mme Beaudin, il porte sur un avis juridique confidentiel de la Ville. Mais l’avis indiquerait qu’elle peut continuer à s’impliquer en tout temps dans le dossier du chemin Rhéaume.

« Je ne suis pas en conflit d’intérêts parce que je défends l’intérêt public et non l’intérêt d’un groupe ou d’une entreprise.  »

— Une citation de  Évelyne Beaudin, conseillère municipale

L’intérêt public dans [le dossier du chemin Rhéaume], c’est le respect de notre schéma d'aménagement. La meilleure preuve qu’il s’agit d’un intérêt public, la CMQ a donné raison aux citoyens qui ont effectué les démarches, a conclu la conseillère.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !