•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des millions de Canadiens en télétravail bénéficieront de déductions fiscales

Les employés admissibles qui optent pour la déduction simplifiée pourront demander 2 $ pour chaque jour de travail à domicile, jusqu'à un maximum de 400 $.

Une déclaration de revenus du Canada vierge.

À la mi-avril, au plus fort du confinement, Statistique Canada signalait que 3,3 millions de Canadiens avaient commencé à travailler à domicile à cause de la COVID-19.

Photo : iStock

Radio-Canada

En vertu de nouvelles règles fiscales, les Canadiens qui ont travaillé à domicile plus de 50 % du temps sur une période d'au moins quatre semaines consécutives en 2020 seront admissibles à la déduction simplifiée des frais de bureau.

Les employés admissibles qui optent pour la déduction simplifiée pourront demander 2 $ pour chaque jour de travail à domicile, jusqu'à un maximum de 400 $. Plusieurs personnes résidant à la même adresse peuvent demander la déduction tant que chacune d'elle est admissible. Leurs employeurs n'auront pas à signer de formulaire spécial.

La déduction pour travail à domicile de 400 $ a été annoncée pour la première fois dans la mise à jour financière du gouvernement le 30 novembre. À l'époque, le gouvernement estimait que la mesure coûterait 210 millions de dollars.

La beauté de la méthode simplifiée, c'est qu'il n'y a pas de pièces justificatives à fournir.

Une citation de :Stéphane Leblanc en entrevue à l'émission Zone économie

Ceux qui demandent le crédit d'impôt simplifié pour le travail à domicile ne pourront pas réclamer les dépenses liées à l'utilisation de leur véhicule pour le travail.

Le télétravail a triplé

Jusqu’ici, les personnes travaillant à domicile devaient demander à leur employeur de remplir un formulaire spécial, T2200, attestant que le travail à domicile était une condition de leur emploi. Mais de nombreux employeurs rechignaient à remplir le formulaire jugé compliqué.

Selon l'Enquête sur la population active de Statistique Canada, 3,3 millions de Canadiens avaient commencé à travailler à domicile à cause de la COVID-19 au plus fort du confinement. En octobre, leur nombre était toujours de 2,4 millions de plus qu'avant la pandémie.

Bien que la déduction temporaire simplifiée s'applique à l'année d'imposition 2020, de nombreux travailleurs canadiens se sont fait dire qu'ils pouvaient s'attendre à travailler à domicile pendant encore plusieurs mois.

Dans un communiqué, la ministre du Revenu Diane LeBouthillier a déclaré que la méthode forfaitaire temporaire pour demander la déduction pour travail à domicile et la nouvelle calculatrice en ligne faciliteraient les demandes des déductions.

Le gouvernement du Canada demeure résolu à aider les Canadiens à faire face aux effets de la pandémie du COVID-19 en rendant la déduction pour dépenses domiciliaires plus accessible et plus facile à demander.

Une citation de :Diane LeBouthillier, ministre du Revenu

Les responsables de l'ARC disent qu'ils s'attendent à ce que le nombre de personnes qui travaillent à domicile soit plus élevé à l'avenir qu'il ne l'était avant la pandémie, ils n'ont toutefois pas encore décidé si la déduction simplifiée des frais de bureau se poursuivra pour l'année d'imposition 2021.

Formulaire détaillé disponible

Les contribuables qui ont des réclamations pour les frais de bureau à domicile plus importantes peuvent toujours utiliser la méthode détaillée existante pour demander une déduction. Elle a aussi été simplifiée.

L'ARC a également élargi la liste des dépenses admissibles à la déduction détaillée du travail à domicile et reconnaîtra désormais les frais d'accès Internet à domicile comme une déduction. L'électricité, le chauffage, l'entretien et le loyer continuent de faire partie des frais admissibles au prorata de leur utilisation.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !