•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau plan de confinement : entre résignation et déception en Outaouais

Des gens qui marchent dans un centre commercial.

Il n'y aura pas de folie d'après Noël dans les magasins de l'Outaouais qui fermeront du 25 décembre au 11 janvier, à l'exception des services essentiels (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les entreprises non essentielles de l’Outaouais arrêteront de tourner à compter du 25 décembre. Le gouvernement Legault a annoncé, mardi, un nouveau plan de confinement qui mettra la majorité du Québec sur pause pour une période de deux semaines, jusqu'au 11 janvier.

En Outaouais, la nouvelle est accueillie avec déception et résignation, mais sans grande surprise.

Beaucoup de commerçants comptaient sur la période des soldes d’après Noël pour regarnir leurs coffres, compte tenu de l’année qui a été particulièrement difficile.

C’est le cas de Stéphane Drouin, le copropriétaire du Salon NÜK Coiffure à Gatineau, qui entend donner un grand coup d’ici Noël, pendant qu’il le peut encore.

Un homme accorde une entrevue via visioconférence.

Stéphane Drouin est copropriétaire du Salon NÜK Coiffure à Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Si on peut être là au moins jusqu’à Noël, c’est déjà un départ, se console le commerçant. Comme plusieurs commerces, on subit les conséquences de la pandémie de COVID-19, même si ça se passe bien dans nos commerces et qu’on prend toutes les mesures sanitaires possibles.

D'autres se résignent à fermer, pour mieux rouvrir. C’est le cas de Maude Frenette, la propriétaire du salon M le Studio, à Chelsea, qui espère toutefois une main tendue des gouvernements.

Une femme accorde une entrevue via vidéoconférence.

Maude Frenette est la propriétaire du salon M le Studio, à Chelsea.

Photo : Radio-Canada

Nous faisons partie de la solution. Fermons nos business, tout ça en espérant qu’on ait encore de l’aide gouvernementale, bien sûr, dit-elle.

La Chambre de commerce de Gatineau répète pour sa part que ce sont les commerçants qui vont payer le gros prix pour ces mesures.

Ça va être de nouveaux impacts négatifs. Ce sont des impacts qui sont irréversibles. Ce sont des ventes que les commerçants ne seront pas en mesure de récupérer, croit Nicolas D’Aoust, vice-président de l’organisme.

Un homme en entrevue via visioconférence.

Nicolas D’Aoust, vice-président de la Chambre de commerce de Gatineau

Photo : Radio-Canada

Les nouvelles restrictions mises en place par Québec imposeront toutefois aux magasins à grande surface de limiter leurs ventes aux produits essentiels, une mesure qui est applaudie par la Chambre de commerce de Gatineau.

Maintenant, c’est une opportunité de montrer son soutien aux entreprises locales et aux emplois locaux. Chaque dollar qui est dépensé, ce sont des entreprises qui vont possiblement être capables de survivre, ce sont des emplois qui vont être assurés, souligne Nicolas D’Aoust.

Le Pontiac bascule en zone rouge

Par ailleurs, la MRC de Pontiac, la seule en Outaouais toujours dans la zone d’alerte orange, plongera dès jeudi en confinement temporaire pour la période des Fêtes.

Le gouvernement Legault a annoncé mardi que toutes les régions du Québec, à quelques exceptions près, allaient basculer en zone d’alerte rouge, du 17 décembre au 11 janvier.

Alors que la pandémie en Outaouais gagnait peu à peu les régions rurales, la MRC Pontiac, elle, tirait son épingle du jeu. Actuellement, la MRC de Pontiac qui compte 14 000 résidents ne déplore que 4 cas actifs de COVID-19.

Pour la mairesse de Fort-Coulonge, Debbie Laporte, c’est une déception compte tenu des efforts soutenus de sa communauté, dit-elle, pour éviter la contagion du virus.

C’est certain que ça va décevoir beaucoup de gens. Les gens ont réellement pris leurs précautions.

Une citation de :Debbie Laporte, mairesse de Fort-Coulonge
Une femme portant le masque accorde une entrevue à la caméra.

Debbie Laporte est la mairesse du village de Fort-Coulonge, dans la MRC de Pontiac, en Outaouais.

Photo : Radio-Canada

On a fait le choix à la MRC de Pontiac de vraiment prendre soin de notre voisin. C’est ce qu’on a fait depuis le début, s’entraider pour s’assurer que le virus ne se propage pas. Et voilà que là, maintenant, M. Legault a décidé qu’on passe à la zone rouge, a laissé tomber la mairesse en indiquant toutefois comprendre l’importance de ces mesures pour la sécurité de la population.

Cette nouvelle tombe alors que le gouvernement du Québec plongeait la veille les MRC de Papineau et de la Vallée-de-la-Gatineau lundi en zone d’alerte maximale en raison du nombre récent d’éclosions qui se sont déclarées dans des centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) et résidences privées pour aînés (RPA) sur le territoire.

Avec les informations de Nathalie Tremblay et Jérôme Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !