•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : changements de zones dans l'Est-du-Québec pour les Fêtes

Un homme porte un masque à l'extérieur pendant la pandémie de la COVID-19 à Regina en hiver.

Les règles entourant les rassemblements pour le temps des Fêtes changent sur la Côte-Nord, en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent (archives).

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

Radio-Canada

La santé publique du Québec rehaussera le niveau d'alerte de plusieurs régions de l'Est-du-Québec du 17 décembre au 11 janvier.

L'ouest du Bas-Saint-Laurent et l'ensemble de la Gaspésie, qui étaient au niveau d'alerte orange, passeront au palier rouge pour cette période. Aucun rassemblement intérieur ne sera alors permis dans ces zones.

La Côte-Nord et les Îles-de-la-Madeleine, qui étaient encore au palier jaune, passeront dès jeudi au niveau d'alerte orange, et ce, au moins jusqu'au 11 janvier.

Sans toutefois pouvoir confirmer si des barrages coercitifs seront remis en place, la santé publique instaurera une interdiction temporaire de se déplacer vers une région se trouvant au palier d'alerte (orange) [...] entre le 17 décembre et le 11 janvier.

Pas de surprise aux Îles

Aux Îles-de-la-Madeleine, le maire, Jonathan Lapierre, accueille sans grande surprise le rehaussement du palier d'alerte dans l'archipel.

Il se dit soulagé que les commerces et restaurants puissent rester ouverts pour la période des Fêtes, mais demande à la population de rester vigilante en ce qui a trait aux mesures sanitaires.

Évidemment, c'est le temps des Fêtes, on veut tous se rassembler, on veut tous voir nos familles respectives, dit-il. On a tous envie de mettre derrière nous cette année qui a été très particulière, mais en même temps, plus il y a de gens qui dérogent aux règles sanitaires, plus longtemps cette crise va durer.

Une grosse partie de la responsabilité revient à chaque citoyen de façon individuelle.

Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine

De son côté, le député des Îles, Joël Arseneau, dit comprendre la décision du gouvernement, pourvu que ces mesures se limitent à la période des Fêtes.

Un policier questionne un automobiliste.

Les déplacements vers la Côte-Nord seront interdits durant le temps des Fêtes (archives).

Photo : Radio-Canada / Marlène Joseph-Blais

La ministre responsable de la région, Marie-Ève Proulx, invite les Bas-Laurentiens à prendre au sérieux les recommandations de son gouvernement.

C’est important de préserver la santé des citoyens du Québec, mais aussi de préserver notre système de santé qui est très fragile. On doit prévenir les engorgements pour s’assurer d’être capable de traiter tous ceux qui en auront besoin dans les prochains mois, explique la ministre.

Sur la Côte-Nord, la décision du gouvernement est bien accueillie par le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, qui se réjouit que la région soit passée au palier orange plutôt qu’au rouge.

C'est une belle nouvelle dans le sens qu'on avait peur de se trouver confinés. En plein confinement, devoir fermer les commerces, les activités et les restaurants, ce n’est pas souhaitable , explique-t-il. On ne se voyait pas tomber dans une zone rouge d'un coup sec-là.

Yves Montigny, maire de Baie-Comeau en conférence de presse.

Yves Montigny, maire de Baie-Comeau (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Après le 11 janvier, Yves Montigny espère que la région retombera en zone jaune.

Les chambres de commerce réagissent

Nancy Dubé, la directrice générale de la Chambre de commerce Kamouraska-L'Islet, s'explique mal que l'ouest du Bas-Saint-Laurent bascule au palier d'alerte rouge d'ici quelques jours.

Selon elle, la mesure risque de provoquer une baisse de revenus importante pour les restaurants et les bars.

Ce n’est jamais une bonne nouvelle quand on doit fermer des entreprises et je dois vous dire que pour m’être entretenue avec quelques uns de nos membres aujourd’hui, on aurait vraiment préféré le barrage plutôt que la zone rouge du côté de la MRC de Kamouraska.

Le directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie Rimouski-Neigette, Jonathan Laterreur, se désole que les commerçants ne puissent pas profiter de la vente d'après Noël.

Le Boxing Day, qui est somme toute annulé cette année, permet aux petits commerçants d’écouler un certain inventaire et d’avoir accès à des liquidités. Des liquidités qui faisaient déjà défaut. C’est un peu le nerf de la guerre. Il faut trouver des liquidités pour payer les frais fixes comme l’internet et le loyer. C’est sûr que c’est une autre embûche auprès des commerçants, estime-t-il.

Malgré tout, la Chambre de commerce de Sept-Îles est en partie soulagée de son côté que les fermetures aient été fixées pour après Noël, une période généralement plus tranquille pour les commerçants.

Ça demeure contraignant pour les entreprises, mais, en temps de pandémie et avec la deuxième vague, on devait s'attendre à ce que des mesures soient prises. En espérant que ça dure le moins longtemps possible et que ça ait le moins de conséquences sur nos commerces, affirme la directrice générale de la Chambre de commerce de Sept-Îles, Jessica Belisle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !