•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conseils scolaires francophones albertains ont terminé l’année avec des surplus

Les quatre conseils prévoyaient pourtant des déficits pour la précédente année scolaire.

Des étudiants lèvent la main pour répondre à la question de la professeure dans une salle de classe.

Plusieurs conseils scolaires doivent également composer avec une baisse des inscriptions, notamment à la maternelle, en raison de la pandémie.

Photo : Getty Images via iStock / Martine Doucet

Malgré une diminution de l’argent que leur verse la province et des dépenses supplémentaires en raison de la pandémie, les quatre conseils scolaires francophones ont terminé l’année scolaire 2019-2020 avec des surplus.

Des subventions fédérales supplémentaires, plusieurs mois d'école à la maison et le fait que certains postes n'ont pas été pourvus ont permis aux conseils de terminer la dernière année scolaire avec des budgets plus équilibrés que prévu. Leur situation financière à long terme reste cependant incertaine.

Le président du conseil scolaire FrancoSud, Erwan Goasdoué, explique par ailleurs que les 1,3 million de dollars en financement supplémentaire offerts par le gouvernement fédéral pour cette année ont aidé à rééquilibrer les dépenses et les revenus en 2020-2021.

Le conseil prévoit tout de même un déficit pour la présente année scolaire. Erwan Goasdoué admet cependant que bien des choses peuvent changer d’ici l’été prochain.

Je ne pense pas que qui que ce soit puisse être très optimiste au niveau des finances, affirme-t-il. Il va falloir attendre pour voir quel sera l’impact sur une année complète.

La décision du gouvernement provincial de renvoyer les élèves du secondaire en apprentissage à distance jusqu’en janvier a, par exemple permis, de diminuer le nombre de suppléants que le conseil doit embaucher pendant que des enseignants sont en isolement.

Au Conseil scolaire du Nord-Ouest, on a pu compter sur 400 000 $ d’aide fédérale pour l’achat de matériel de protection et de personnel pour le nettoyage. Ces revenus supplémentaires ont entre autres permis d’éponger les dépenses supplémentaires imposées par la pandémie.

Les fonds qu'on reçoit du fédéral en ce moment sont vraiment venus sauver le CSNO, qui aurait fait un déficit important sinon, explique sa directrice générale, Brigitte Kropielnicki.

Le CSNO a également eu de la difficulté à pourvoir plusieurs postes, ce qui lui a permis d'enregistrer un léger surplus plutôt qu'un déficit.

Plusieurs conseils scolaires doivent par ailleurs composer avec une baisse des inscriptions, notamment à la maternelle, en raison de la pandémie.

Cette diminution survient alors que la province vient de mettre en application une nouvelle formule de financement. Celle-ci tient compte du nombre d'élèves inscrits présentement pour calculer les fonds qui seront alloués à un conseil scolaire pour les deux années suivantes.

Les conseils scolaires craignent donc que la baisse temporaire des inscriptions n'entraîne une baisse de leur financement jusqu'en 2023-2024.

C'est sûr que ce n’est peut-être pas la meilleure année pour rentrer avec cette formule-là, souligne le directeur général du Conseil scolaire Centre-Nord, Robert Lessard.

Il pense cependant que le CSCN est prêt à faire face aux défis qu'apportera 2021. Le surplus enregistré l’an dernier a été réinvesti dans la réserve opérationnelle. Il croit que le conseil sera en mesure de maintenir ses services malgré des subventions provinciales qui devraient stagner encore quelques années.

L’arrivée des vaccins contre la COVID-19 apporte par ailleurs une lueur d’espoir aux conseils scolaires, qui espèrent au moins pouvoir profiter de plus de stabilité en 2021.

Rectificatif : Une version précédente de ce texte indiquait que les subventions fédérales avaient été versées pour l'année scolaire 2019-2020 au lieu de 2020-2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !