•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture des commerces non essentiels : une mesure bien accueillie

Une pancarte indique «fermé».

Les commerces auront un congé forcé à la fin du mois de décembre.

Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron

Flavie Villeneuve

La fermeture des commerces non essentiels du 25 décembre au 10 janvier est désormais officielle. La majorité des propriétaires de ces boutiques régionales s’en doutaient. Ils sentaient la menace planer depuis quelque temps au-dessus de leur tête.

On s’en attendait un peu, admet la copropriétaire de Boutique première à Chicoutimi.

La commerçante comprend la situation, même si le coût économique sera difficile à éponger.

On va faire ce qu’il faut, on voulait au moins jusqu’au 25 décembre, mais je pense que ça va faire une différence, en plus avec les enfants qui ne seront pas à l’école.

Jessy Lajoie-Boily, copropriétaire de Boutique première

La réaction est semblable au magasin Ultraviolet. Le responsable de la succursale de Chicoutimi, Jean-Philippe Fortin, envisage de continuer ses activités en ligne.

Ça va avoir un impact pour nous, on ne se le cachera pas, car c’est une grosse période de l’année. Par contre, on a un magasin en ligne qui fonctionne très bien, donc on va pouvoir continuer à faire des livraisons locales, dit-il.

Les salons de coiffure seront aussi touchés par ces nouvelles mesures.

Une femme se fait laver les cheveux en portant un masque par une coiffeuse qui porte une visière

Les coiffeuses portent des équipements de protection depuis la réouverture de leur commerce.

Photo : Radio-Canada

On aura des pertes, mais si c’est des mesures à respecter pour le bien de la population pour combattre la COVID, on va le faire, soutient la coiffeuse Barbara Negankamg.

Le meilleur moment pour confiner, dit la Chambre de commerce

La Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord (CCISF) est également d'accord avec la décision du gouvernement du Québec.

S'il y a bien un moment pour reconfiner, c’est celui-là, car le Québec sera déjà en partie en pause, les étudiants seront à la maison. Si c’est une façon pour mieux recommencer l’année, allons-y, c’est la meilleure décision que l’on peut prendre, déclare la directrice générale et vice-présidente exécutive de la CCISF, Sandra Rossignol.

Sandra Rossignol tenant un mémoire.

La directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord, Sandra Rossignol

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Sandra Rossignol rappelle toutefois que les soldes de l’Après-Noël constituent une période charnière pour les commerçants, mais elle espère que ce coup de barre sera le dernier. Elle a aussi applaudi aux limitations imposées aux grandes surfaces, qui ne pourront vendre d'articles jugés non essentiels.

Le directeur général de Promotion Saguenay, Patrick Bérubé, abonde dans le même sens que Mme Rossignol à ce sujet.

C'était une source de frustration lors du premier confinement. Je pense qu'enfin ils [les propriétaires de petit commerce] vont avoir l'impression de jouer sur le même terrain que les grandes bannières qui eux vendaient des produits et qui continuaient d'engranger de l'argent.

Patrick Bérubé, directeur général de Promotion Saguenay

Ce dernier s'attendait toutefois à davantage d'annonces pour aider financièrement les commerçants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !