•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Remplissage du réservoir Manicouagan : le tribunal renvoie la balle aux gouvernements

Le réservoir Manicouagan vu depuis la crête du barrage Daniel-Johnson.

Le réservoir Manicouagan vu depuis la crête du barrage Daniel-Johnson (archives).

Photo : Radio-Canada

Ce sont des instances gouvernementales qui décideront si Hydro-Québec peut remplir à ras bord ou non le réservoir Manicouagan.

Le jugement de la Cour supérieure est tombé le 10 décembre.

Cette décision est prise à la suite d’une demande d’injonction permanente déposée par le conseil de bande de Pessamit contre Hydro-Québec pour maintenir le niveau de l’eau de réservoir Manicouagan à un niveau qui n'inonde pas les alentours du réservoir et qui ne crée pas de fluctuation de débit de la rivière Betsiamites.

Valse de négociations

Depuis trois ans, les Innus de Pessamit et Hydro-Québec négocient à coup d’injonction le niveau d’eau du réservoir.

En 2017, le conseil de bande de Pessamit et un résident de cette communauté innue stoppaient le remplissage du réservoir Manicouagan avec une injonction.

Cette dernière survenait après qu’Hydro-Québec avait fait l’annonce qu’elle prévoyait atteindre la capacité maximale du réservoir.

Une plus faible demande d’énergie et des conditions météorologiques favorables, comme des pluies abondantes, poussent Hydro-Québec à vouloir remplir le réservoir. Elle pourrait ainsi augmenter sa capacité de stockage d’énergie.

Le maximum du réservoir n’a pas été atteint depuis 1984.

De leur côté, des Innus de Pessamit qui chassent et pêchent dans des zones inondables revendiquent la stabilité du niveau du réservoir.

Selon les demandeurs, le maintien du réservoir à un niveau plus bas depuis une trentaine d’années a permis le développement de la flore et de la faune. Le rehaussement envisagé menace cet environnement au détriment des utilisateurs, dont les demandeurs. D’où la demande d’injonction, pouvait-on lire dans le jugement d’une injonction interlocutoire en juillet dernier.

Un décret émis par le gouvernement du Québec il y a plus de 50 ans permet à Hydro-Québec de remplir le réservoir à 359,66 mètres au-dessus du niveau de la mer.

La décision sera prise par différents ministères

Le juge renvoie maintenant la décision aux ministères des Pêches et Océans, de l’Environnement et de la lutte contre les changements climatiques et des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Dans l’attente d’une décision des différents ministères, le tribunal ordonne à la société d’État de ne pas rehausser le niveau du réservoir à plus de 355,95 mètres de hauteur.

La porte-parole d’Hydro-Québec, Cathy Hamel, indique que les demandes ont été envoyées aux ministères en octobre.

Conformément aux engagements que nous avons pris, nous avons déposé les demandes aux autorités concernées le 14 octobre dernier et le tout suit son cours. On poursuit nos échanges avec le conseil des Innus de Pessamit sur différents sujets, dont celui-ci, précise Mme Hamel.

Hydro-Québec s’attend à recevoir des nouvelles de ces demandes en 2021.

De son côté, le chef du conseil de bande de Pessamit, Jean-Marie Vollant, indique ne pas encore avoir pris connaissance de ce jugement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !