•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour qui le vaccin contre la COVID-19 est-il contre-indiqué?

L'Ontario et le Québec ont lancé leur campagne de vaccination lundi, mais ça prendra des mois avant que l'ensemble des Canadiens puissent être immunisés.

Une fiole contenant le vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech.

Un premier groupe d'Ontariens a reçu le vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech, le 14 décembre.

Photo : Rogers/Radio-Canada

Le vaccin de Pfizer-BioNTech n’est pas destiné à tout le monde. Certaines personnes qui ont des problèmes de santé devront attendre que des études scientifiques additionnelles soient menées avant de pouvoir être vaccinées.

Ces données sont disponibles dans la monographie du vaccin de la compagnie américaine, explique le Dr Peter Lin, qui exerce sa profession à Toronto. Celle-ci indique à qui [le vaccin] est destiné et pour qui nous manquons de données, afin de le recommander avec confiance, dit-il.

Le Dr Lin est directeur des initiatives de soins primaires du Groupe canadien de recherche cardiaque et directeur médical de LinCorp Medical Inc.

Dans la monographie, on explique que les études cliniques menées avant la mise en marché du vaccin ne comprenaient aucun sujet de moins de 16 ans. Il n’y a pas de données, donc [ces populations] ne doivent pas être vaccinées, explique simplement le Dr Lin.

Il n’y avait aucune femme enceinte dans les études cliniques, non plus, ce qui signifie que le vaccin est contre-indiqué pour elles. On ne sait pas non plus si ça pourrait avoir un impact sur le lait maternel, renchérit le docteur. Toutefois, rien ne porte à croire que le vaccin cause l'infertilité, selon plusieurs experts.

Certaines personnes qui ont fait, dans leur vie, des réactions allergiques à une injection, par exemple à la pénicilline, et qui doivent avoir une dose d’EpiPen en leur possession, devraient consulter leur médecin d'abord. D'ailleurs, Santé Canada recommande aux Canadiens qui ont déjà eu toute allergie grave ou tout autre problème de santé de consulter leur médecin avant de recevoir ce vaccin.

Le Dr Lin précise qu’une allergie saisonnière ne compte pas, dans ce cas-ci. Nous ne parlons pas d’une allergie à la poussière. Il s’agit du type d’allergie qui [a suscité un] choc anaphylactique.

Le Dr Lin ajoute d’ailleurs qu’il y aura, inévitablement, des Canadiens qui auront des réactions allergiques au vaccin. Lorsqu’on aura vacciné des millions de Canadiens, nous allons découvrir de nouvelles personnes qui y sont allergiques et qui ne le savaient pas.

Dans la monographie publiée par la compagnie Pfizer, on trouve une contre-indication qui vise les gens qui prennent des anticoagulants ou qui ont une diathèse hémorragique.

Aussi, les personnes immunodéprimées doivent éviter le vaccin. Il s’agit ici de gens qui vivent avec une maladie qui attaque leur système immunitaire ou qui prennent des médicaments qui l’affaiblissent, explique le Dr Lin. Par exemple ceux qui prennent de la prednisone.

Les gens qui vivent avec le VIH devraient d’ailleurs attendre que de nouvelles études soient menées au sujet du vaccin Pfizer-BioNTech ou qu’une autre compagnie lance son propre vaccin qui comprend des études liées au VIH, dit-il.

Les diabétiques en priorité

Le Dr Lin précise qu’il y a une différence entre les gens atteints de maladies auto-immunes et les personnes immunodéprimées.

Par exemple, les gens qui ont le diabète devraient avoir accès au vaccin en priorité puisque ces personnes sont à risque de complications graves si elles contractent la COVID-19, dit-il. Du même souffle, il ajoute que les gens qui ont des maladies du cœur ou de la haute pression devraient aussi être vaccinés en priorité.

Ce texte a été modifié afin d'y inclure la position de Santé Canada au sujet des allergies.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !