•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : nouvelles mesures en vigueur dès le 17 décembre en Saskatchewan

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Scott Moe et Paul Merriman portent le masque lors d'une conférence à l'Assemblée législative de la Saskatchewan.

Scott Moe en compagnie de Paul Merriman, le ministre de la Santé. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Vincent H. Turgeon

À moins de deux semaines des festivités de Noël, le gouvernement de la Saskatchewan annonce de nouvelles mesures restrictives pour contrer la propagation de la COVID-19. Celles-ci s’ajouteront aux mesures déjà en place depuis le 27 novembre.

Certaines d’entre elles entreront en vigueur dès le 17 décembre. Toutes resteront en place jusqu’au 15 janvier 2021 avant d’être réévaluées à ce moment-là.

Je sais que ce sera différent et difficile pour plusieurs d’entre nous, admet le premier ministre, Scott Moe, lors d’une conférence de presse tenue lundi.

Scott Moe, pris de profil, en portant le masque à l'Assemblée législative de la Saskatchewan.

Scott Moe porte maintenant le masque à l'Assemblée législative. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Ce dernier a comparé les mesures à une gorgée de [sirop pour la toux] Buckley's : ça ne goûte pas très bon, mais c’est absolument nécessaire.

Scott Moe est bien conscient que les annonces restreindront les festivités de certaines personnes.

J’avais espoir qu’on puisse aplatir la courbe davantage. Nous n’avons pas été capables de le faire.

Scott Moe, premier ministre de la Saskatchewan

Bien que le premier ministre répète qu’il est contre un confinement total, il admet qu’une telle mesure pourrait être nécessaire à un certain moment .

Des restrictions plus sévères

À compter de jeudi, les rassemblements privés intérieurs devront se limiter aux personnes vivant à la même adresse. Des permissions spéciales seront accordées aux aides-soignants et aux parents ayant la garde partagée de leurs enfants.

Nous devrons avoir un Noël beaucoup plus calme qu’à l’habitude.

Scott Moe, premier ministre de la Saskatchewan

Les personnes vivant seules pourront quant à elles visiter un seul autre foyer où habitent moins de cinq personnes.

Les rassemblements extérieurs seront quant à eux limités à 10 personnes. Les mesures de distanciation physique devront être respectées.

Dès le 19 décembre, les casinos et les salles de bingo devront fermer leurs portes.

Les centres de soins personnels, comme les salons de coiffure et d'esthétique, pourront ouvrir à 50 % de leur capacité d'accueil. Ce nombre comprend à la fois la clientèle et les employés.

Les arénas, les musées, les théâtres et les cinémas pourront demeurer ouverts en limitant cependant leur capacité d'accueil à 30 personnes.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Dès le 25 décembre, les commerces devront diminuer leur capacité d'accueil à 50 %.

Les grandes surfaces, soit les commerces ayant une superficie de plus de 1858 m2, devront limiter leur capacité d'accueil à 25 %.

Saqib Shahab se défend de ne pas imiter les provinces voisines

Quand on lui a demandé pourquoi le gouvernement n’imposait pas de mesures aussi sévères que l’Alberta ou le Manitoba, le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan, Saqib Shahab, a défendu son approche : On ne peut pas simplement suivre ce que les autres provinces font. Nous devons comprendre où a lieu la transmission dans la province et prendre les mesures appropriées.

Il se dit satisfait de voir que les mesures mises en place le 27 novembre ont pu arrêter la hausse exponentielle du nombre de cas, mais il admet que ceux-ci ne diminuent pas aussi vite qu’il l’espérait.

Saqib Shahab porte le masque en conférence de presse le 9 décembre dernier.

Saqib Shahab, le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan. (archives)

Photo : Michael Bell

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !