•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Yukon couvrira les coûts de la PrEP, un médicament contre le VIH

Une bouteille blanche affichant des informations sur les médicaments qu'elle contient.

La PrEP est un traitement efficace pour prévenir une infection au VIH, et la meilleure solution de prévention en l'absence d'un vaccin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À compter de la mi-janvier, le gouvernement du Yukon couvrira les coûts d’un médicament sur ordonnance, la Prophylaxie préexposition (PrEP), qui réduit les risques de contracter le VIH de 90 %.

Le médicament, qui requiert une prise quotidienne, sera offert pour les personnes à risque de contracter le VIH.

Un manque de connaissances et la stigmatisation qui entourait la PrEP ainsi que son coût exorbitant de 1000 $ par mois ont empêché plusieurs personnes d’avoir accès au médicament et de bénéficier de sa protection.

Nous savons que le VIH est plus présent parmi les populations vulnérables et ces populations n’ont souvent pas d’autres assurances, alors il est important de s’assurer que les Yukonnais qui en ont besoin peuvent avoir accès à ce médicament, indique la ministre de la Santé et des Services sociaux, Pauline Frost, dans un communiqué.

Selon les estimations de 2018 de l’Agence de Santé publique du Canada, environ 62 050 personnes seraient atteintes du VIH au pays.

Déstigmatiser la santé sexuelle

Au Centre de la Fierté du Yukon, le directeur général, Joe Wickenhauser, pense que cette décision du territoire sera bénéfique pour la santé mentale et sexuelle de la population LGBTQ+, qui est, depuis toujours, une des communautés les plus touchées par le VIH.

Nous avons hâte de voir un avenir ou le VIH/sida n’est plus stigmatisé comme avant et je pense que la couverture de la PPrE aidera, dit-il en ajoutant être très heureux d’apprendre la nouvelle.

En rendant le médicament plus accessible, il croit que cela éliminera certaines inquiétudes pour les personnes qui doivent prendre des décisions relatives à leur santé sexuelle.

Une fois que nous commençons à déstigmatiser la santé sexuelle, nous allons voir une meilleure réponse des membres de la communauté pour prendre soin de leur santé sexuelle et ils seront moins effrayés d’aller chercher le soutien dont ils ont besoin, croit-il.

Il était plus que temps

Je pense qu’il était plus que temps pour le territoire. Nous avons vu ce type de couverture un peu partout au pays, dans presque toutes les provinces, dit Brontë Renwick-Shields, directrice du centre Blood Ties Four Directions, un organisme communautaire qui offre du soutien en santé à Whitehorse.

L’un des principaux obstacles à l’accès à ce médicament est son coût élevé qui peut devenir un fardeau économique, dit-elle.

Elle espère que l'accessibilité du traitement mènera à une plus grande conscientisation.

C’est vraiment enthousiasmant, ce qui arrive. C’est nécessaire et c’est un outil formidable pour réduire et prévenir le VIH que nous ajoutons maintenant à notre boîte à outils, explique-t-elle.

Pour avoir accès à la Prophylaxie préexposition, une personne doit être déclarée négative au test de dépistage du VIH avant de commencer la prise de médicaments et doit continuer de se faire tester tous les trois mois, selon les informations du gouvernement.

Les personnes qui le souhaitent pourront obtenir leur prescription auprès de leur médecin et recevoir le médicament et le renouvellement dans une clinique de santé sexuelle ou dans une clinique de santé communautaire.

Avec les informations de Danielle d'Entremont

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !