•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le REM sera prolongé dans l'est et le nord de Montréal

Les nouveaux trains en démonstration.

Les premières voitures du constructeur Alstom sont arrivées à la mi-octobre.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Réseau express métropolitain (REM) sera prolongé vers les arrondissements de Pointe-aux-Trembles et Montréal-Nord. Les travaux, qui ajouteraient une trentaine de kilomètres au futur réseau, devraient commencer en 2023.

Une vingtaine de stations seraient ajoutées au réseau actuellement en construction, selon les informations confirmées par Radio-Canada.

Une annonce officielle en ce sens sera faite mardi par le premier ministre François Legault, la mairesse de Montréal Valérie Plante et des représentants de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

À partir de la gare Centrale, le réseau emprunterait le boulevard René Lévesque en mode aérien, avant de rejoindre la rue Notre-Dame à l'est du pont Jacques-Cartier.

À partir de la rue Dickson, une branche bifurquerait vers Montréal-Nord jusqu'au Cégep Marie-Victorin en longeant, sous terre, le boulevard Lacordaire. Cela permettrait entre autres de desservir l'hôpital Maisonneuve-Rosemont.

La seconde branche rejoindrait Pointe-aux-Trembles, en suivant la rue Sherbrooke.

Une vingtaine de stations étalées sur environ 30 kilomètres viendraient donc s'ajouter au réseau en construction, qui prévoit 26 stations réparties sur 67 kilomètres.

Un plan de Montréal schématisant les nouveaux tracés du REM.

Une vingtaine de stations étalées sur près de 30 kilomètres viendraient s'ajouter au réseau en construction.

Photo :  Radio-Canada

Désenclaver l'est de l'île

Ce tracé permettrait notamment de connecter au centre-ville le futur système rapide par bus (SRB Pie IX) et de désenclaver l'est de Montréal, dont plusieurs friches industrielles doivent faire l'objet d'un redéveloppement dans les années futures.

C’est une excellente nouvelle, c'est ce dont on rêvait pour assurer la relance de l'est de Montréal, s’est félicitée la présidente-directrice générale de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal (CCEM), Christine Fréchette.

Dans l'est de Montréal, les transports constituent depuis longtemps un frein au développement économique. On vient complètement changer la dynamique avec le déploiement d’un tel projet.

Une citation de :Christine Fréchette, PDG de la CCEM

Celle-ci constate une grande dépendance à la voiture, non par volonté, mais par manque d'alternatives dans ce secteur effectivement peu desservi par les transports en commun.

C'est pourquoi Mme Fréchette est certaine que la population adoptera ce nouveau mode de transport, connecté à un ensemble de secteurs stratégiques, comme l'aéroport, le centre-ville, les zones d’emplois et les pôles universitaires.

Le prolongement de la ligne bleue dans l'est de Montréal n'est pas remis en question.

Les nouveaux trains en démonstration.

Des structures aériennes

Le projet, qui prévoit aussi des structures aériennes dans le centre-ville, devrait néanmoins arborer un design plus discret que les immenses piliers déjà construits dans le quartier de Griffintown ou le long de l’A-40.

Les travaux du nouveau REM pourraient commencer dès 2023 et durer jusqu'à cinq ans. Les coûts de ce projet gigantesque seront connus mardi.

Avec les informations de Jean-Sébastien Cloutier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !