•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des amendes salées à 15 jeunes pour une fête illégale à Lévis

Pieds de gens avec des confettis au sol.

Photo d'archives

Photo : iStock

Quinze jeunes recevront des constats d'infraction d'au moins 500 $ plus les frais pour un rassemblement interdit dans une maison de Saint-Hélène-de-Breakeyville, à Lévis.

Les jeunes, tous âgés de 15 à 18 ans, faisaient la fête vendredi soir dernier dans une résidence privée de la rue de Sœur-Sidonie.

La fête a cependant tourné au vinaigre lorsque des policiers du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) se sont présentés sur les lieux. Les patrouilleurs répondaient à un appel anonyme entré vers 21 h 30.

Les policiers étaient en mesure d'identifier des jeunes par la fenêtre, dont celui chez qui le party avait lieu, précise Maxime Pelletier, porte-parole du SPVL.

Il n'y a eu aucune collaboration de la part des jeunes. Les policiers sont restés sur place et ont rejoint la mère du jeune. Au départ, il n'y avait aucune collaboration de la mère non plus, mais les policiers ont fait comprendre à la dame que le party ne pouvait pas avoir lieu. Elle a finalement collaboré, ajoute le porte-parole.

En vertu de la loi, tous les jeunes mineurs recevront donc un constat d'infraction générale de 500 $ plus les frais.

Un constat d'infraction à la mère

Ceux qui ont atteint leur majorité recevront plutôt un constat de 1000 $ plus les frais. Ce sera d'ailleurs le cas de la propriétaire de la résidence pour avoir autorisé la tenue de ce party en son absence de la maison.

Dans le décret, il y a un libellé qui dit que c'est interdit à toute personne d'autoriser la tenue d'un rassemblement et la mère l'a autorisé, souligne M. Pelletier.

Les contrevenants recevront leur constat par la poste une fois approuvé par le procureur.

Vu la complexité de la chose et le nombre de personnes impliquées, c'était logistiquement mieux d'envoyer des constats d'infraction par la poste plutôt que de remettre des constats d'infraction portatifs, explique Maxime Pelletier.

La région de Chaudière-Appalaches est l'une des plus touchées par la COVID-19 au prorata du nombre d'habitants. À la suite du plus récent bilan dévoilé lundi matin, 6561 résidents de la région ont été infectés par le virus depuis le début de la pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !