•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suspension de la production à la mine de Cigar Lake à cause de la COVID-19

Un groupe de personnes se trouvent dans un tunnel d'une mine d'uranium.

Cameco suspend temporairement les activités dans la mine en raison de la pandémie.

Photo : La Presse canadienne / Liam Richards

Radio-Canada

La minière d'uranium Cameco, de Saskatoon, suspend temporairement ses activités dans la mine de Cigar Lake, dans le nord de la Saskatchewan, au cours des prochaines semaines à cause d'inquiétudes liées à la COVID-19.

L’entreprise dévoile que six cas de COVID-19 ont été détectés au sein de ses usines dans le nord de la province, dont trois à Cigar Lake.

Cameco assure que, malgré une bonne gestion de la situation, la hausse du nombre de cas de COVID-19 dans la région a des effets sur la disponibilité des employés nécessaires pour maintenir la production d’uranium.

La sécurité de nos travailleurs, de leurs familles et de nos communautés est notre priorité absolue, affirme le président-directeur général de Cameco, Tim Gitzel, dans un communiqué.

Nous avons dû faire face à la diminution de travailleurs dans des rôles critiques à Cigar Lake en raison d’auto-isolement, d'absentéisme et d'interruption du transport des travailleurs en raison de la pandémie.

La mine de Cigar Lake n’en est pas à sa première fermeture depuis le début de la crise. En mars, la mine d’extraction avait suspendu ses activités jusqu’en septembre.

Fermeture coûteuse pour Cameco

Environ 300 employés étaient présents dans la mine au sommet de sa production cet automne. Cameco assure que la reprise des opérations se fera selon les recommandations des autorités sanitaires dans la région et de la main-d'œuvre disponible.

En attendant une reprise, la compagnie déboursera de 8 à 10 millions de dollars chaque mois pour l’entretien de la mine.

La fermeture temporaire aura un effet sur la production estimée d’uranium. Cameco souligne qu'elle n'atteindra plus l’objectif de 2,4 millions de kilos d’uranium pour l’année 2020.

Cependant, la compagnie ne prévoit pas une incidence particulière sur ses résultats financiers avant le premier trimestre de 2021. Cameco ajoute que ses liquidités sont suffisantes pour payer ses activités cette année et ne s’attend pas à devoir recourir à une marge de crédit.

Avec les informations de CBC

Carte montrant les cas de coronavirus par pays

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !