•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un couple gai qui doit retirer un drapeau arc-en-ciel crie à la discrimination

Vanessa Dong ajuste son drapeau arc-en-ciel sur le balcon de son appartement à North Vancouver.

Vanessa Dong croit qu'il est discriminatoire de lui demander de retirer un drapeau associé à la fierté gaie.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Un couple de North Vancouver dénonce ce qu’il considère être de la discrimination, après que leur condo leur a demandé de retirer un paillasson et un drapeau arc-en-ciel sous peine de recevoir des amendes.

En mai, Vanessa Dong et sa conjointe, Kerri McNicol, ont placé un petit tapis en forme d'arc-en-ciel devant la porte de leur nouvel appartement.

Une voisine s'est plainte que le paillasson était sale et qu'elle n'aimait pas les couleurs, selon ce que leur aurait confié le gérant de l’immeuble, M.J. Austin.

Un tapis d'entrée en forme d'arc-en-ciel.

Une voisine s'est plainte du tapis posé devant l'appartement du couple.

Photo : Offerte par Vanessa Dong

Le couple a reçu un avis de violation : le paillasson étant sur la propriété commune, les deux femmes étaient passibles d’une amende de 100 $ si elles ne le retiraient pas. Elles se sont pliées au règlement.

Récemment, le couple a reçu un avis de violation semblable pour avoir accroché un drapeau arc-en-ciel sur le balcon. Suspendre ou afficher des articles sur les balcons n'est pas autorisé, disait l'avis.

Or, des voisins ont illuminé leurs balcons de lumières et de décorations de Noël, affirme le couple.

Les deux jeunes femmes croient que la plainte découle d’un sentiment homophobe. L'arc-en-ciel est représentatif de la communauté LGBTQ+, rappelle Mme McNicol.

Nous ne pouvons pas vivre en paix et nous nous sentons vraiment mal à l'aise ici tous les jours, même dans les couloirs, explique-t-elle.

Rien à voir avec l'homophobie

L’avis que vous avez reçu concernait un règlement et n'a rien à voir avec l'homophobie, affirme la responsable de la gestion de l'immeuble, Niina Mayhew, dans un courriel adressé au couple.

Elle rappelle qu’il est interdit de suspendre quoi que ce soit au balcon, et que les couloirs sont une propriété commune et aucun effet personnel ne doit y être laissé. Point à la ligne .

Un drapeau arc-en-ciel suspendu sur un balcon.

Les règles du condo indiquent qu'aucun objet ne peut être suspendu sur les balcons.

Photo : Ben Nelms

Mme McNicol dit que d’autres membres de la communauté LGBTQ+ ont connu des situations semblables dans le passé.

C'est vraiment navrant d'entendre que les gens sont toujours ciblés pour leur orientation sexuelle, affirme-t-elle.

La société qui gère la propriété, Stratawest Management, soutient par ailleurs n’avoir aucune tolérance pour le harcèlement et encourage le couple à signaler ses plaintes au conseil de gestion des copropriétaires et à la Gendarmerie royale du Canada.

En Colombie-Britannique, les règlements administratifs d’immeubles ne peuvent pas être appliqués s'ils enfreignent le Code des droits de la personne.

Nous sommes absolument solidaires de toute forme de discrimination, affirme le vice-président de l'entreprise, Jason Kurtz, dans un courriel.

Vanessa Dong et sa conjointe, Kerri McNicol, ont pour l'instant retiré le drapeau arc-en-ciel de leur balustrade. Elles l'ont plutôt enroulé autour de l'arbre de Noël.

Le conseil de gestion des copropriétaires n'a pas répondu à une demande de commentaires.

Avec les informations d’Alex Migdal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !