•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec réserve 1060 km2 de plus voués à devenir des aires marines protégées

Le fleuve Saint-Laurent avec, au loin, un ciel rosé et quelques nuages.

Avec ces deux nouveaux territoires réservés, 10,4 % du territoire marin québécois sera protégé (archives).

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Deux secteurs marins sur la Côte-Nord s'ajoutent officiellement aux réserves de territoires aux fins d’aires protégées (RTFAP) identifiées par le ministère de l'Environnement.

Le Banc Beaugé, situé au large d’Unamen Shipu en Basse-Côte-Nord, et un secteur au sud-est d’Anticosti ont passé l'étape de l'étude. Ce sont donc 1060 km2 de secteur marin supplémentaires qui deviennent des RTFAP.

Le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques en a fait l'annonce par communiqué dimanche. La décision a été officialisée par le Conseil des ministres mercredi dernier.

9,1 % du territoire marin protégé depuis mars 2019

En septembre dernier, le ministère de l’Environnement avait annoncé que 14 territoires en mer, majoritairement situés aux alentours de l’île d’Anticosti, étaient également réservés pour devenir à terme des aires protégées.

Cette mesure administrative interdit les activités minières, pétrolières, gazières et toute production commerciale ou industrielle d’énergie sur ces plans d’eau en attente d’un statut officiel.

Carte de l'Est-du-Québec montrant les 17 réserves de territoires aux fins d'aires protégées.

Les zones 4 et 5 étaient toujours à l'étude avant qu'elles ne soient officialisées RTFAP cette semaine.

Photo : Source : ministère de l'Environnement

En additionnant ces 16 territoires réservés cette année et le Banc-des-Américains en Gaspésie qui est réservé pour obtenir un éventuel statut d’aire protégée depuis mars 2019, le gouvernement du Québec compte donc dépasser la cible de protection de 10 % des aires marines dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent en 2020.

Je suis fier d’annoncer aujourd’hui que notre gouvernement a atteint cet objectif, en confirmant son engagement à protéger plus de 14 000 km2 jusqu’à l’obtention du statut légal d’aire marine protégée par ces territoires, a indiqué le ministre Benoît Charette par communiqué.

Avec ces 9,1 % de territoire marin réservé qui s’ajoutent au parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, à l'Estuaire-de-la-Rivière-Bonaventure et à la réserve aquatique projetée de Manicouagan, 10,4 % du territoire marin sera désormais protégé des activités industrielles.

Pour officialiser le statut d'aire marine protégée de ces secteurs, Québec doit s'entendre avec Ottawa, conformément à l'entente signée avec le fédéral en 2017.

La prochaine étape est donc de s'entendre avec les intervenants concernés au sujet des mesures de protection et des limites géographiques envisagées, peut-on lire dans le communiqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !