•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Université Laval priée de ne plus s'afficher aux côtés de Laurentia

Sophie D'Amours.

L'administration de la rectrice Sophie D'Amours fait face à l'opposition du corps professoral et des associations étudiantes dans le dossier Laurentia.

Photo : Radio-Canada

Maintenant que l'Université Laval a pris ses distances par rapport au projet de terminal de conteneurs en eau profonde Laurentia, le syndicat des professeurs demande à la direction de retirer le logo de l'établissement de toute publicité et de tout affichage ou document lié au projet.

Le Syndicat des professeurs et professeures de l'Université Laval (SPUL) a adopté une motion en ce sens vendredi, en réaction à la mise au point de la direction plus tôt cette semaine au sujet de Laurentia.

Compte tenu des récentes sorties médiatiques de l’Université Laval visant à marquer ses distances envers le projet Laurentia, le conseil syndical demande que le logo de l’Université Laval soit retiré des publicités et documents du projet Laurentia, mentionne le libellé.

Alain Viau, président du Syndicat, croit qu'une mise à jour de la documentation s'impose pour éviter toute confusion. Dans un contexte où l'Université Laval dit ne pas avoir de lien avec le projet Laurentia [...] on pense qu'il serait préférable de retirer le logo, explique-t-il.

Projet d'extension du terminal de conteneurs, dans la baie de Beauport.

Projet d'extension du terminal de conteneurs, dans la baie de Beauport

Photo : Administration portuaire de Québec

M. Viau rappelle que le corps professoral souhaite protéger sa liberté d'enseignement, qui lui permet de s'exprimer librement sur divers enjeux de société.

Quelques jours avant la mise au point de l'Université Laval, le SPUL avait dévoilé les résultats d'un sondage mené auprès de ses membres. On y apprenait que 79 % des répondants étaient en désaccord avec le partenariat mis de l'avant avec Laurentia. En plus d'y voir une potentielle atteinte à leur liberté, quelque 72 % des professeurs disaient craindre pour l'image de l'établissement, même à l'international.

La direction n'a pas réagi à la motion adoptée vendredi, préférant d'abord prendre connaissance de la résolution.

Confusion

Dans sa communication mise en ligne le 7 décembre, la direction affirme être ni pour ni contre le projet Laurentia. Une sortie motivée par diverses critiques internes, notamment des associations étudiantes. Si les gouvernements choisissent de le soutenir, des équipes de recherche et d’appui à l’innovation auront l’occasion d’apporter leurs connaissances pour éclairer le Port, ajoute-t-on.

L'Université reconnaît être partenaire de l'Administration portuaire de Québec (APQ), mais seulement pour le développement de la Zone d'innovation littoral Est. Pour l'Université Laval, il s'agit d'un projet distinct de Laurentia.

Or les deux projets sont souvent mis en relation par différents partenaires. L'APQ contribuera à la réussite de la zone d'innovation grâce au projet Laurentia, peut-on lire dans un document de présentation de la Ville de Québec, daté d'août 2020.

La Ville de Québec espère la création d'un centre de recherche internationale sur la logistique des transports. Mais ce dernier aura de la difficulté à voir le jour tant qu'on n'aura pas réglé Laurentia, disait le maire Régis Labeaume plus tôt cet été.

Une modélisation du projet de terminal de conteneurs.

L'Université Laval se présente comme un partenaire de recherche et d'innovation, mais seulement si les gouvernements appuient Laurentia.

Photo : Port de Québec

Lors d'un point de presse tenu fin août, auquel participait la rectrice de l'Université, Sophie D'Amours, le PDG du Port de Québec, Mario Girard, a lui aussi tracé un lien entre les deux projets.

En s'associant avec sept grands joueurs [dont l'Université Laval], le projet Laurentia va permettre de faire de Québec un des chefs de file mondiaux de l'innovation technologie pour l'industrie maritime, disait-il.

Sous l'égide de Laurentia

Sur la plateforme d'information en ligne officielle du projet Laurentia, on peut lire des commentaires de la rectrice Sophie D'Amours. Ce projet d’envergure permettra à la Ville de Québec d’attirer et de mobiliser des talents, dit-elle, dans les secteurs de l'intelligence artificielle, de l'optimisation des chaînes d'approvisionnement et des technologies vertes.

Mme D'Amours a aussi participé à une vidéo promotionnelle de Laurentia, diffusée en juin. La rectrice de l'Université Laval y qualifie le projet Laurentia d'ambitieux et le compare à une vitrine exceptionnelle pour mettre en évidence le talent des gens de Québec.

Depuis le début de la controverse, la rectrice a systématiquement refusé nos demandes d'entrevue. Rappelons que le projet n'a toujours pas été approuvé par le gouvernement fédéral, qui attend les résultats finaux de l'Agence d'évaluations d'impacts du Canada.

Avec la collaboration d'Alexandre Duval

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !