•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le syndicat des infirmières estime ses membres mal protégés

Une infirmière de l'Hôpital Humber River de Toronto portant un masque et une visière.

La Fédération canadienne des syndicats d'infirmières et d'infirmiers déplore que le masque N95 ne soit pas toujours pas la norme dans les hôpitaux canadiens.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Le Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick (SIINB) remet en question les équipements et la formation accordés aux professionnels dans la province. Les affirmations du syndicat sont rejetées catégoriquement par la santé publique.

Le syndicat dit travailler avec ses membres afin de comprendre ce qui a pu se passer à Edmundston, lieu d’une récente éclosion de COVID-19 à l'hôpital régional.

Il est très décevant de constater que nous n’avons pas tiré davantage de leçons de la première vague pour assurer la sécurité de nos membres et de tous les travailleurs de la santé en première ligne qui [assurent] des soins dans un contexte déjà difficile.

Une citation de :Paula Doucet, présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick

Les préoccupations au sujet de l’équipement de protection trouvent écho à l'échelle nationale, puisque la Fédération canadienne des syndicats d'infirmières et d'infirmiers (FCSII) déplore que le masque N95 ne soit pas toujours accordé dans les hôpitaux canadiens.

Selon la présidente de la FCSII, Linda Silas, un équipement plus robuste, incluant visières, lunettes protectrices, uniforme, masque et gants devrait être la norme pour tous.

Dans les institutions de santé, il y a encore des têtus qui pensent que le masque de papier, c’est assez pour que des infirmières et infirmiers puissent prendre soin des patients atteints de la COVID-19, se désole-t-elle.

Une opinion qui n’est pas partagée par la province

La santé publique du Nouveau-Brunswick nie catégoriquement qu’il n’y ait pas eu d’améliorations en ce qui concerne la sécurité du personnel.

La Dre Russell, lors du point de presse du 10 décembre 2020.

La docteure Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, le 10 décembre 2020.

Photo : Radio-Canada

Je ne suis pas d’accord du tout, a riposté la médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, Dre Jennifer Russell. Je sais qu’avec les deux réseaux [de santé], ils ont fait beaucoup d’engagement avec les infirmières, tous les travailleurs de santé, au niveau des protocoles des infections.

Elle explique que le personnel de l’Hôpital régional d’Edmundston, où s'est déclarée la récente éclosion, a reçu une mise à jour des mesures à respecter.

Tous les travailleurs de santé dans l’hôpital viennent d’avoir un cours pour essayer de leur rappeler comment faire tous les protocoles contre l’infection.

Une citation de :Dre Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick

Tous les employés et des patients de cet établissement passeront des tests de dépistage de la COVID-19.

Avec les informations de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !