•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès de Claude Castonguay : le Québec salue la mémoire d’« un visionnaire »

Claude Castonguay lors d'une conférence de presse à Québec.

Claude Castonguay, lorsqu'il présidait un groupe de travail sur le financement du système de santé en 2008.

Photo : Reuters / Mathieu Belanger

Radio-Canada

L'annonce de la mort du « père de l'assurance maladie », l'un des cerveaux derrière la Révolution tranquille, Claude Castonguay, a suscité de nombreuses réactions de personnalités politiques, qui ont tenu à rendre hommage à ce « grand bâtisseur du Québec ».

Claude Castonguay, ministre de la Santé et des Affaires sociales du Québec de 1970 à 1973, est décédé samedi à l’âge de 91 ans après un combat contre le cancer.

Passé à la postérité en aidant à bâtir l’assurance maladie québécoise, il a siégé à de multiples commissions et comités gouvernementaux. Considéré comme un grand bâtisseur du Québec, il aura aussi été un critique tenace du système de santé.

Le Québec perd un de ses plus grands visionnaires, n'a pas tardé à réagir le premier ministre François Legault sur son compte Twitter.

Claude Castonguay laisse derrière lui un héritage immense. Toute sa vie, il aura contribué à renforcer la qualité et l'efficacité de notre système de santé. J’offre toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches.

François Legault, premier ministre du Québec

Un visionnaire qui a révolutionné l’accès aux services de santé, a également souligné l'actuel ministre de la Santé, Christian Dubé.

La commission Castonguay-Nepveu a permis la mise en place d’un revenu général d’allocations sociales pour les Québécois les moins fortunés et, surtout, la création d’un régime d’assurance maladie obligatoire et universel dans les années 1970.

Photographie en noir et blanc de Claude Castonguay avec deux autres hommes derrière une table de conférence. M. Castonguay est debout et parle dans un micro.

Claude Castonguay lors d'une tournée du Québec à titre de ministre en 1970.

Photo : BAnQ / Fonds Ministère des Communications

Artisan du Québec moderne

Lucien Bouchard, ancien premier ministre du Québec, s'est exprimé sur les ondes d'ICI RDI en rappelant l'engagement politique et la contribution de Claude Castonguay durant la Révolution tranquille.

C’est un des constructeurs du Québec moderne, [...] un Québec de l'égalité sociale, a-t-il mentionné. Ce n'était pas un politicien traditionnel et il n'avait rien de partisan. Il a toujours été intéressé par la vie publique [...] et avait une grande curiosité intellectuelle, a-t-il poursuivi.

C'était une grande présence : de bon sens, d'équité, de jugement. C'était un pacifiste qui aimait unir les gens. On vient de perdre un modèle de ce que devrait être l'engagement politique et social.

Lucien Bouchard, ex-premier ministre du Québec

Une vision partagée par l'ex-chef de cabinet de Robert Bourassa, John Parisella, qui ne tarit pas d'éloges envers cet homme de convictions, très engagé, respectueux et toujours à l'écoute. En entrevue à ICI RDI, M. Parisella a dit également avoir été très attristé par la nouvelle du décès de Claude Castonguay.

C'était une personne qui voyait loin, rigoureuse et avec des valeurs. Un vrai architecte du Québec moderne. Il va nous manquer, a t-il déclaré.

Claude Castonguay.

Claude Castonguay, en 2008, lors de la commission qui porte son nom sur les finances du réseau de la santé.

Photo : Reuters / Mathieu Belanger

Le livre de Pierre Maisonneuve, Claude Castonguay : un artisan du Québec moderne, retrace d'ailleurs le riche parcours de ce politicien d'exception, qui était aussi un esprit indépendant et un libre penseur.

Claude Castonguay n'était pas un homme de parti et n’a jamais été un grand mandarin de la fonction publique. C'était d'abord un expert, rappelle l'ancien animateur de Radio-Canada, en entrevue à ICI RDI.

Il a dit oui à la politique, mais pour faire avancer ses dossiers d’expert, ajoute l'auteur.

Claude Forget, ancien ministre libéral qui a bien connu M. Castonguay, a quant à lui évoqué l'ouverture d'esprit et la sagesse de l'homme politique, qui laisse un legs considérable à la province.

Il s'imposait aussi par sa grande intelligence et sa volonté de déboucher sur des résultats audacieux et innovants, mais toujours avec l'assentiment des gens, explique-t-il.

Sans lui, rien n'aurait existé : l'assurance maladie et les rentes du Québec. Il se vouait à améliorer la vie au Québec sur le plan financier et social. Une passion qui a transformé le Québec a plusieurs égards.

Claude Forget, ex-ministre libéral dans les années 1970

La satisfaction d’avoir servi le Québec

Le témoignage de son beau-frère, Gaspard Fauteux, laisse entrevoir une autre facette du personnage politique. Dans sa vie privée, Claude Castonguay, aux allures si sérieuses, était considéré comme une personne drôle, avenante et pleine d'amour pour sa famille.

Il était fort différent de ce qu'on peut imaginer, affirme M. Fauteux en entrevue à Radio-Canada. On le voit comme un homme froid et distant, mais il était dans notre famille d'une grande chaleur, d’un grand intérêt et d'un grand sens de l’humour.

M. Fauteux se souvient notamment de l'époux de sa sœur comme d'un homme de conciliation et de dialogue, à l'honnêteté intellectuelle sans faille. C’était un grand homme qui avait de grandes attentes. Mais, ses attentes n'étaient pas insurmontables, elles étaient réalistes.

Je crois qu’il est décédé avec la satisfaction d’avoir bien servi le Québec, avec la satisfaction d’avoir répondu aux attentes, à celles des Québécois, mais aussi aux siennes.

Gaspard Fauteux, beau-frère de Claude Castonguay
Claude Castonguay (archives)

Claude Castonguay

Photo : Mathieu Belanger / Reuters

Il ajoute que Claude Castonguay continuait d'être en avance sur son temps et proposait toujours ses conseils et ses réflexions à la direction de la santé publique, notamment durant la crise de la COVID-19.

Cet homme aura marqué le Québec, c'est un de nos grands contemporains, conclut-il. J’aimerais que les Québécois se rappellent de lui comme un Lévesque, un Bourassa ou d'autres grands politiciens.

« Un immense héritage »

Plusieurs autres personnalités de la classe politique n'ont également pas tardé à réagir par voie de communiqué ou sur leur compte Twitter.

Si les grands hommes et grandes femmes se définissent plutôt par la réflexion soutenue que par les allégeances du moment, Claude Castonguay fut un grand. Un très grand.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Il y a quelques semaines encore, il était des réflexions du Québec, avec rigueur et audace. Sa trace sera durable, a déclaré le chef bloquiste dans un message publié sur Twitter.

Du côté de Québec solidaire, on a salué l'immense héritage de M. Castonguay. Prenons-en soin, a notamment écrit la co-porte-parole Manon Massé.

Chez nous, la santé fait partie du bien commun. Tout le Québec est en deuil, a pour sa part déclaré Gabriel Nadeau-Dubois.

Son héritage reste immense et a contribué à jeter les bases de notre filet de sécurité sociale. Merci, monsieur Castonguay.

Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec

Claude Castonguay a été décoré de l’Ordre du Canada en 1974 et fait officier, puis grand officier de l’Ordre national du Québec, respectivement en 1991 et en 2014.

Claude Castonguay et Philippe Couillard.

Claude Castonguay en compagnie de Philippe Couillard, après avoir reçu l'Ordre national du Québec

Photo : La Presse canadienne / Mathieu Belanger

Grand acteur de la Révolution tranquille, passionné des politiques publiques, son legs en santé contribue grandement à garantir l'égalité des chances dans notre société, a aussi salué le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon.

Un révolutionnaire tranquille qui nous quitte. Un artisan talentueux et généreux du Québec moderne.

Pierre Duchesne, ministre de l'Enseignement supérieur sous le gouvernement péquiste de Pauline Marois

Des réactions sont également venues du Parti conservateur du Canada en la personne d'Erin O'Toole, qui a déclaré qu'il apprenait avec tristesse le décès de Claude Castonguay. Il fut non seulement le père de l'assurance maladie, mais aussi une figure marquante de la politique québécoise, a-t-il précisé.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a quant à elle déclaré que la métropole et le Québec tout entier perdent un pionnier et un ténor de la Révolution tranquille au legs immense.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !