•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Opéra de Montréal reporte d’un an la présentation de La beauté du monde

Michel Marc Bouchard sourit dans un studio de radio.

Le dramaturge Michel Marc Bouchard, qui a écrit le livret de «La beauté du monde», devra patienter encore un an avant que l'oeuvre soit présentée devant public.

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

Radio-Canada

La création originale La beauté du monde, du dramaturge Michel Marc Bouchard et du compositeur Julien Bilodeau, sera offerte au printemps 2022.

Prévue pour mars 2021, la présentation de la mégaproduction est mise en veilleuse pendant un an en raison de la pandémie de COVID-19.

C’est une œuvre qui ne se présente pas en conditions de distanciation [physique], explique Patrick Corrigan, directeur général de l’Opéra de Montréal, en entrevue avec Catherine Richer, chroniqueuse culturelle au 15-18.

La production très attendue mobilise en effet près de 200 artistes sur scène et en arrière-scène, ce qui n’est pas conciliable avec les mesures sanitaires qui seront en vigueur le printemps prochain.

Un opéra de cette envergure exige un temps de préparation minimal de trois mois, alors le moment est venu pour nous de prendre cette décision, a déclaré Patrick Corrigan par voie de communiqué.

Le directeur général anticipe que les mois et les années à venir seront difficiles pour le milieu de l’opéra. Il va y avoir une grande reconstruction des publics : les habitudes des consommateurs auront changé, estime-t-il.

Michel Marc Bouchard est quant à lui grandement inquiet des conséquences de la pandémie sur les artistes. Il y a plein d’artisans qui sont face à des spectacles annulés. Ils sont face à une question de survie, dit-il, ajoutant que la plupart des artistes vivent dans une forme de précarité où on saute d’un contrat à un autre à un autre.

À terme, la précarité financière exacerbée par la pandémie poussera bon nombre de personnes à changer de carrière, ce qui se traduira par un effritement des compétences, selon le dramaturge. Il y a une expertise qui est en train de se perdre, se désole-t-il.

Avec les informations de Catherine Richer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !